Jean-Michel Ribes, directeur du théâtre du Rond-Point, est l'invité de Pierre Weill à 8h20.

Peut-on (encore) rire de tout ? Quel rôle doit tenir la culture dans notre société ? Autant de questions posées par Pierre Weill à  Jean-Michel Ribes, directeur du théâtre du Rond-Point. Pierre Palmade y joue son spectacle "Aimez-moi" jusqu'au 31 décembre, avant de partir en tournée dans toute la France. 

Jean-Michel Ribes : Il n'y a pas d'artiste intello ou pas. Ce qui est touchant c'est la provocation de Pierre Palmade, sa façon de mettre les lieux communs à l'envers. Comme beaucoup d'humoristes, il creuse des galeries vers le ciel et on respire mieux, comme dirait Aragon". 

L'humour est-il toujours possible ? 

Jean-Michel Ribes : Le rire est une action libertaire. c'est la dernière arme contre les dictatures de la pensée. Il n'y a pas assez d'humoristes et trop de ricaneurs. L'humoriste doit être un peu poète. 

Concernant les polémiques autour de mauvaises blagues ou de sketches jugés déplacés notamment quand ils concernent les femmes Jean-Michel Ribes estiment qu'"il faudrait quand même entendre le second degré. Dénoncer oui il le faut, mais attention à la chasse aux sorcières. Attention le rire c'est ce qui permet de casser les choses qui nous encombrent et notamment la morale". 

Coluche et Desproges pourraient-ils parler aujourd'hui ? 

Jean-Michel Ribes :  Je ne sais pas, peut-être pas, mais il faut faire attention de ne pas être emprisonner par l'esprit de sérieux dont beaucoup de gens ennuyeux se targuent. 

L'audiovisuel public appartient-il à un monde révolu ? 

Jean-Michel Ribes : "Pour moi c'est une histoire de contenu, il y a un frilosité. il faut programmer ceux que les gens ne savent pas encore qu'ils aiment."

Fallait il effacer Kevin Spacey d'un film ? 

Jean-Michel Ribes : "C'est étonnant cette façon de condamner avant de juger"

Les invités
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.