L'écrivain publie Contre-attaque, une série d'entretiens avec Franck Nouchi ; il y aborde le rôle des intellectuels aujourd'hui et l'actualité récente en France.

 Paris, France le 6 Novembre 2014 - Cérémonie de remise du Prix Décembre - Philippe Sollers
Paris, France le 6 Novembre 2014 - Cérémonie de remise du Prix Décembre - Philippe Sollers © Maxppp / IP3 PRESS

Philippe Sollers publie dans quelques jours son roman Contre-attaque, une série étonnante d'échanges avec le journaliste Franck Nouchi. Avec Patrick Cohen, il est revenu ce matin sur un article publié dans le Monde il y a 17 ans, La France moisie, une France "qui a toujours détesté les Allemands, les Anglais, les juifs, les arabes, les intellectuels, l'art moderne, les femmes trop indépendantes ou qui pensent, les ouvriers non encadrés et finalement, la liberté sous toutes ses formes".

►►► REVOIR |Philippe Sollers parle de son livre Contre-attaque

Dix-sept ans plus tard, Philippe Sollers juge la situation encore pire : "En 2007, j'avais écrit 'la France est moisie, elle mérite Sarkozy' [...] c'est toujours vrai"

L'écrivain déplore notamment la misère spirituelle du débat : "le débat, c'est la routine. Vous avez déjà entendu dix fois le même débat" regrette-t-il.

Souvent reconnu pour l'avant-gardisme de ses idées, Philippe Sollers avait publié plusieurs mois avant qu'Alain Juppé ne s'en empare dans sa campagne, un écrit sur l'identité heureuse. Point de juppéisme de sa part, mais un tacle à destination de la saillie d'Alain Finkielkraut sur la France des "sauvageons".

"Tout est dans la communication"

Philippe Sollers regrette l'appauvrissement du langage et de la mémoire liée à la société numérique qui émerge. "Tout est dans la communication [...] Vous voyez le digital partout, les gens ne lèvent plus la tête, ils ne voient plus qu'il y a un arbre devant eux" explique-t-il.

L'écrivain exhorte les Français à se sortir de la passivité issue de nos nouveaux usages : "la mémoire c'est un sport, si vous ne l'entraînez pas, vous devenez de plus en plus passif devant l'information."

Une société de communication d'ailleurs bien intégrée par les politiques, juge-t-il. Parlant de la montée du FN, Philippe Sollers a critiqué la stratégie de la cadette de l'extrême droite.

►►► REVOIR | Philippe Sollers et les auditeurs de France Inter

Les invités

L'équipe

Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
  • 0145247000
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.