Le député de l’Essonne, apparenté au groupe LREM, est l'invité de Nicolas Demorand.

Manuel Valls prend du recul. Celui qui a été Premier ministre de François Hollande, puis candidat à la primaire du Parti socialiste, veut désormais apporter son aide au gouvernement en place. Apparenté La République en Marche depuis sa réélection, Manuel Valls se voit encore un avenir en politique. Aujourd'hui dans une position d'observateur, le député de l'Essonne pense incarner une certaine voix républicaine qui sera utile à l'avenir.

Manuel Valls rappelle aussi que cette élection a été celle du populisme. La victoire d'Emmanuel Macron ? "Un petit miracle", face au populisme incarné de diverses manières par d'autres candidats, tels Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon ou encore François Fillon. Face à cette campagne, l'ancien chef du gouvernement estime normal que la situation soit difficile pour Emmanuel Macron et Edouard Philippe.

Le gouvernement actuel peut cependant s'appuyer sur lui, Manuel Valls, de gauche - il s'assure, il n'a pas changé "d'un iota", pour réussir. C'est son "devoir", en tant qu'ancien membre du gouvernement, que d'accompagner ses successeurs.

On peut cependant s'étonner du soutien de la gauche à la politique engagée par Emmanuel Macron sur la flexibilité du travail, sur la baisse de l'aide au logement pour les étudiants, sur la hausse de la CSG. Manuel Valls assure qu'il ne perd pas de vue la "justice sociale", mais qu'il ne veut pas l'opposer systématiquement aux réformes qui pourraient conduire à un sursaut économique.

► REVOIR | L'interview intégrale

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.