Le Parti Socialiste va-t-il éclater ? Avec Thierry Pech, le directeur général du think tank Terra Nova et le sociologue Jean-Pierre Le Goff, auteur de "La gauche à l'agonie?".

Siège du Parti Socialiste
Siège du Parti Socialiste © Maxppp / Christophe Morin

Au lendemain de la primaire de la gauche organisée par la Belle Alliance Populaire : le PS va-t-il éclater ou mourir ? Thierry Pech, le directeur général du think tank Terra Nova et le sociologue Jean-Pierre Le Goff, auteur de La gauche à l'agonie, répondent aux questions de Patrick Cohen.

Pour Jean-Pierre Le Goff, la situation est assez claire et la mort du PS, annoncée :

"Le problème du Parti Socialiste, estime Jean-Pierre Le Goff, c'est qu'il évolue à reculons, c'est quand il est vraiment coincé qu'il fait un pas en avant, et en même temps, il refait un pas en arrière - c'est tout le problème de François Hollande- à la fin les gens sont totalement perdus. Ca a provoqué un désarroi total chez les militants. Ces primaires ont un aspect de catharsis et de règlement de compte."

Benoît Hamon représente un candidat identitaire. Le fait de pouvoir ou non peser sur le réel devient secondaire par rapport à la question existentielle d'une bonne partie des gens de gauche qui sont complètement paumés (Jean-Pierre Le Goff)

De son côté, Thierry Pech s'interroge : "François Hollande a bien mené une politique social démocrate d'un point de vue méthodologique, mais très dégradée. Où est le mouvement ouvrier, où sont les forces productives d'autrefois, sociales?"

"Attention au syndrome Marchais. Il y a un moment où il s'était replié sur lui-même : les meetings étaient plein, on applaudissait à fond, puis au moment des élections on a vu la dégringolade" rappelle Jean-Pierre Le Goff : "Le risque c'est que cette gauche s'enferme dans l'entre-soi autour de Hamon".

Quand Benoît Hamon demande si le travail va se raréfier, il pose une vraie bonne question (...) Ce débat doit avoir lieu (Thierry Pech)

Thierry Pech qui poursuit : "Faut-il mettre en place des politiques malthusiennes ou pas (...)Les politiques proposées par Benoit Hamon sont techniquement des politiques malthusiennes. Jusqu'ici personne ne lui a répondu correctement. Je pense que le travail va rester central dans notre pays et qu'il commet une erreur d'appréciation là-dessus."

Macron est un objet politique encore mal identifié, en période de décomposition des grands camps de politique (Jean-Pierre Le Goff)

"Il n'a pas intérêt à préciser plus avant son programme, sinon l'accueil va se refermer. Le grand vainqueur de ces primaires à gauche, c'est lui", poursuit Jean-Pierre Le Goff.

Ce que propose Benoit Hamon, ce n'est pas un revenu universel. C'est un revenu 'à terme', donc, jamais. Il ne faut pas jouer avec les mots. Ça fait rêver, mais pour le moment, c'est de la peinture et du décor ( Jean-Pierre Le Goff)

Les invités
Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.