Le secrétaire général de la CGT vient nous parler de la réforme du code du travail et des ordonnances dont le contenu sera dévoilé ce jeudi.

Philippe Martinez au micro de Nicolas Demorand
Philippe Martinez au micro de Nicolas Demorand © Radio France

À quelques heures de la présentation des ordonnances de réforme du code du travail ce jeudi par Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, et le Premier ministre Edouard Philippe, le secrétaire général de la CGT continue de s'opposer à la réforme portée par Emmanuel Macron.

Cette réforme, Philippe Martinez la voit comme "une vieille recette" qui n'améliorera rien. Les études, affirme-t-il, montrent qu'il n'y a "aucune relation entre droits collectifs et lutte contre le chômage".

Sur la forme comme sur le fond, Philippe Martinez se montre peu confiant. Les concertations prônées par le gouvernement sont de l'enfumage, à l'entendre. Les syndicats demandaient une réunion multilatérale afin d'éviter la situation où les discours tenus à l'une des parties ne sont pas les mêmes que ceux tenus auprès d'une seconde. Là, il y aura bien une multilatérale, mais elle arrive trop tard pour la CGT, qui déplore l'absence de négociations possibles une fois le texte dévoilé à la presse.

Sur le fond justement, les négociations directes dans les PME de moins de 50 salariés ne sont pas, pour Philippe Martinez, la solution. Le secrétaire général de la CGT aurait préféré des mesures pour renforcer la présence syndicale dans les petites entreprises, et va être très attentif à ce qui sera annoncé sur les discriminations syndicales.

Philippe Martinez et la CGT seront-ils présents à la manifestation à l'appel de la France Insoumise du 23 septembre prochain ? Son secrétaire général explique que la CGT a appelé début juillet, avec de nombreuses autres organisations et associations, à marcher pour la paix, ce même jour et que ce mouvement-là que se joindra son syndicat.

► REVOIR | L'interview intégrale

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.