Roxanne Varza, directrice de la Station F fera l'évènement en 2017 en devenant le premier campus de startups du monde.

Roxanne Varza, directrice de la Station F lors d'une visite du chantier de l'incubateur géant pour start-ups
Roxanne Varza, directrice de la Station F lors d'une visite du chantier de l'incubateur géant pour start-ups © Maxppp / IP3 PRESS

Erigée dans l'ancienne Halle Freyssinet, dans le 13e arrondissement de Paris, Station F sera, à partir du 1er avril prochain, le plus grand incubateur de startups du monde. Sa directrice Roxanne Varza, préfère parler de "campus" : "Nous essayons de créer un véritable écosystème sous un seul toit, où l'on retrouvera l'ensemble des différents acteurs, des investisseurs, des startups, des acteurs publics, etc". Et le lieu s'accompagnera "dans d'un deuxième temps" d'un espace de vie à Ivry-sur-Seine, "avec des logements pour héberger 600 entrepreneurs".

Initié par Xavier Niel, le patron de Free, ce lieu sera unique au monde selon sa directrice : "Il y a des business center gigantesques, aux Etats-Unis, en Chine, en Inde, mais là, on parle de quelque chose qui est dédié à 100% aux startups". Station F pourra se vanter d'accueillir 1.000 startups sur place, un chiffre "qu'on ne retrouvera nulle part ailleurs".

Parrains prestigieux

Paris est-elle donc devenue "the place to be" pour les jeunes entreprises innovantes ? "Des startups ont montré que même avec les contraintes qu'on a en France, on arrive à créer des choses impressionnantes", explique Roxanne Varza, qui cite l'exemple de l'entreprise Zenly "qui réussit à attirer des investisseurs américains sans avoir à déménager son siège". D'autant plus que ces jeunes entreprises pourront, à Station F, bénéficier de parrains prestigieux, comme Vente Privée, qui "lancera son premier programme de startups" ou "HEC qui déménage son propre incubateur au sein de Station F".

Comment postuler pour entrer dans ce nouveau lieu ? Les jeunes startups qui souhaitent rejoindre Station F ont jusqu'au 5 février pour déposer leur dossier. Mais attention, prévient la directrice, il ne suffit pas d'une bonne idée : "On cherche des startups qui ont des preuves de concepts, des prototypes, des clients, des premiers chiffres à nous montrer", explique-t-elle. Une fois intégrée dans ce premier programme de startup, l'entreprise devra débourser 195€ par poste de travail et par mois.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.