Audrey Kermalvezen, avocate, a été conçue par insémination artificielle. Elle a saisi le Conseil d’État pour obtenir des informations sur son père biologique. L'audience a lieu aujourd'hui et pose la question du maintien de l'anonymat des donneurs.

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.