Depuis le 20 juin 1983, l'homosexualité constitue en France une raison suffisante d'exclusion de don de sang. Le 17 juillet dernier, l'avocat général de la Cour de Justice de l'Union Européenne (CJUE) s'est prononcé contre cette loi qui, alors que les stocks de sang s'amenuisent, peut sembler paradoxale. Il a jugé que l'exclusion au motif de l'orientation sexuelle constituait une discrimination. La Cour devra trancher la question avant la fin de l'année 2014.

La même CJUE a également rendu, le 13 mars dernier, une décision qui remet en cause le modèle français de gratuité du don du sang.

Jean-Yves Nau est docteur en médecine. Après avoir suivi les questions de biologie et de médecine pendant une trentaine d'années pour le journal Le Monde , il est aujourd'hui collaborateur à Slate.fr . Pour évoquer ces deux avis émanant de la CJUE, qui semblent ébaucher une remise en cause du modèle contemporain français du don du sang, il est l'invité du 5/7 de l'été.

Les liens

Le blog de Jean-Yves Nau

Les invités
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.