Tous les ans, le 3 mai, la Journée mondiale de la liberté de la presse permet de célébrer les principes fondamentaux de la liberté de la presse, d’évaluer la liberté de la presse à travers le monde, de défendre l’indépendance des médias et de rendre hommage aux journalistes qui ont perdu leur vie dans l’exercice de leur profession.

Avec nous ce matin :

Nicolas Hénin

N.Hénin
N.Hénin © Radio France / Benoit Schaeffer

Ex-otage en Syrie,après 10 mois de captivité il est libéré le 19 avril dernier avec son ami photographe Pierre Torres ainsi que Didier François et Edouard Elias.

Journaliste indépendant de presse, radio et Tv et ancien pigiste pour Radio France notamment lors du conflit Irakien, il a effectué divers reportages au Soudan, en Somalie, au Yémen, puis avec le "Printemps arabe" en Egypte, en Libye et en Syrie... ou il s'est rendu à 5 reprises.

Le 3 mai a été proclamé Journée mondiale de la liberté de la presse par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1993, suivant la recommandation adoptée lors de la vingt-sixième session de la Conférence générale de l’UNESCO en 1991.

A l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse 2014, Reporters sans frontières (RSF) publie pour la première fois une liste de “100 héros de l’information”.

Dotés d’un courage exemplaire, ces “100 héros” contribuent, par leur travail ou leur combat, à promouvoir la liberté prévue par l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, celle de “chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit”. Les “100 héros” mettent leur idéal “au service du bien commun”. A ce titre, ils ont valeur d’exemple.

La liste de Reporters sans frontières, naturellement non exhaustive, est une reconnaissance et un hommage non seulement pour les 100 personnalités citées, célèbres ou méconnues, mais pour tous les journalistes, professionnels ou non, qui participent chaque jour à éclairer le monde et à rendre compte du réel sous toutes ses formes. Cette initiative a pour objet de démontrer que le combat pour la défense et la promotion de la liberté de l’information passe par un soutien intense aux victimes d’exactions mais aussi par l’érection de figures qui peuvent servir de références.

“La Journée mondiale de la liberté de la presse, dont Reporters sans frontières fut à l’origine, doit être l’occasion de saluer le courage de ces journalistes et blogueurs qui sacrifient chaque jour leur sécurité et parfois leur vie à leur vocation, déclare Christophe Deloire, secrétaire général de RSF. Les “héros de l’information” sont une source d’inspiration pour toutes les femmes et tous les hommes qui aspirent à la liberté. Sans leur détermination et celle de tous leurs semblables, il ne serait pas possible d’étendre le domaine de la liberté tout court”.

La liste des “100 héros de l’information” comprend des femmes et des hommes de tous âges (de 25 à 75 ans) et de toutes nationalités (65 nationalités représentées). Le cadet, Oudom Tat, est cambodgien, et l’aîné, Muhammed Ziauddin, pakistanais. Vingt-cinq des héros sont issus de la zone Asie-Pacifique, vingt du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, contre 8 du continent européen. L’Iran, la Russie, la Chine, l’Érythrée, l’Azerbaïdjan, le Mexique et le Vietnam, sont représentés par au moins trois héros chacun . Figurent dans la liste des 100 des personnalités aussi différentes qu’Anabel Hernandez, auteur d’un best-seller sur la collusion de personnalités politiques mexicaines avec le crime organisé, Ismail Saymaz, journaliste turc poursuivi en justice une vingtaine de fois pour ses reportages, Hassan Ruvakuki, emprisonné pendant 15 mois au Burundi pour avoir tendu son micro à des mouvements rebelles, et Gerard Ryle, directeur de l’International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ), qui a contribué à l’émergence d’enquêtes journalistiques globales.

Certains travaillent dans des démocraties. C’est le cas de Glenn Greenwald et Laura Poitras, ressortissants américains à l’origine de la révélation des pratiques de surveillance massive des services de renseignement de sécurité américains et britanniques. D’autres exercent dans les régimes les plus autoritaires qui soient, comme la journaliste iranienne Jila Bani Yaghoob. Tous ne sont pas journalistes professionnels. Ainsi, le citoyen journaliste vietnamien Le Ngoc Thanh est aussi prêtre catholique. Nombre d’entre eux, à l’instar du journaliste italien spécialisé dans le crime organisé Lirio Abbate, ont fait de la corruption et de la criminalité dans leur pays leur cheval de bataille. C’est le cas de Peter John Jaban, animateur radio en Malaisie longtemps exilé à Londres, de Serhiy Lechtchenko, journaliste d’investigation ukrainien, et du bulgare Assen Yordanov, qui fait régulièrement l’objet de menaces de mort. Parmi ces portraits, Reporters sans frontières a également tenu à faire figurer des militants tels que María Pía Matta, engagée auprès de l’AMARC pendant près de 10 ans pour la liberté des radios communautaires d’Amériques du Sud.

Le courage est le dénominateur commun à toutes ces personnalités. En Ouzbékistan, les autorités n’ont pas hésité à torturer Muhammad Bekjanov pour lui extorquer des aveux. Il est détenu depuis 15 ans, privé de soins malgré sa tuberculose.

En Érythrée, dernier pays au classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières pour la septième fois en 2014, Dawit Isaac croupit dans les geôles du dictateur Afeworki depuis 13 ans.

Mazen Darwish, fondateur du Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression et lauréat du prix RSF 2012, est incarcéré depuis plus de deux ans par le régime de Bachar Al-Assad.

à paraître mercredi prochain le 7 mai :

Reporters sans frontières publie 100 photos de l'Agence VII pour la liberté de la presse

Un portfolio signé des photographes de l'Agence VII, entrainant le lecteur tout autour du monde, des États-Unis à la Russie, en passant par le Kosovo, le Congo, le Brésil et même la Corée du Nord.

rsf
rsf © Radio France

L'Agence VII a été fondée en 2001 par plusieurs photoreporters de renom, parmi lesquels Gary Knight , lequel introduit ce nouveau recueil d'images fortes. Ces images ont au préalable été publiées dans Time, New York Times Magazine, Stern ou encore Paris Match.

Au sommaire de ce numéro figurent également les tribunes signées Philippe Labro , Seymour M. Hersh (journaliste d'investigation américain) ou encore Julian Assange (cofondateur de Wikileaks), ainsi qu'une sélection de clichés pris en Afghanistan par le photographe iranien Majid Saeedi.

RSF publie une collection d'albums depuis 1992, dont les recettes sont intégralement reversées à l'association afin de financer ses actions.

("100 photos de l'agence VII pour la liberté de la presse", Éditions Reporters sans frontières, 9,90 euros, sortie le 7 mai 2014)

Enfin il nous tient à coeur de signaler

la sortie en poche du dernier livre de notre journaliste Christian Chesnot avec Georges Malbrunot chez J’ai Lu « Qatar, les secrets du coffre-fort »

qatar
qatar © Radio France

Une enquête sur le Qatar et sa politique impérialiste, ses investissements dans le monde entier financés par les revenus du gaz et du pétrole, la chaîne Al Jazeera, son intervention dans les négociations secrètes des occidentaux avec les Etats islamistes, etc

et de vous rappelez que vous pouvez aussi trouver en poche chez J'ai lu

mémoires d'otages
mémoires d'otages © Radio France

en attendant, vous pouvez lire le blog de Christian Chesnot:

Quai d'Orient

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.