Un grand entretien qui met à l'honneur la littérature jeunesse avec Sylvie Vassallo, directrice du 36e Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil, et Marie Desplechin, auteure de “La Capucine” (L’école des loisirs) et récompensée par le salon de la “Grande Ourse” pour l’ensemble de son œuvre.

Le salon du livre a été organisé, cette année, via une chaîne de télévision locale. "On est partis de ce que fait le salon d'habitude, la rencontre entre les autrices et auteurs et les enfants, et on a trouvé tous les moyens d'organiser cette rencontre", explique la directrice Sylvie Vassallo. "Les auteurs ont été invités à la télévision, en plus d'une grille de programme 100 % littérature jeunesse. Il y a aussi une exposition en plein air à Montreuil, des livres dédicacés qui arrivent dans les classes en Seine-Saint-Denis, etc." 

Le contact direct reste essentiel, pour l'organisatrice du salon. "C'est le moment où ça se passe, en fait. Celui où les mots, les images arrivent aux enfants. On a essayé de le reconstituer, on a fait beaucoup de choses qui sont très complémentaires de ce qu'on fait d'habitude... Ce qui manque, c'est la fête ! Mais malgré tout, on a fait retentir la littérature jeunesse dans cette période."

Pour Sylvie Vassalo, ce salon, "c'est le moment où tout le monde s'ouvre aux enfants, à leurs rêves, à leur imaginaire, à leurs inquiétudes et leurs angoisses. Elles sont nombreuses en ce moment ! C'est pour ça qu'on tenait à organiser ce salon."

Pour Marie Desplechin, la littérature jeunesse est une échappatoire : "Si j'écris pour quelqu'un de 14 ans, j'ai 14 ans. Moi c'est en devenant adulte que les choses se sont gâchées ! Quand j'ai passé mon bac, je savais que c'était la fin de ma vie..."

  • Légende du visuel principal: Visiteurs au Salon du livre et de la presse jeunesse (SLPJ) à Montreuil, le 29 novembre 2017. © AFP / JACQUES DEMARTHON
Les invités
Programmation musicale
L'équipe