Ex-numéro deux d'EELV, candidate écologiste et féministe à la primaire du parti, Sandrine Rousseau est l'invitée de la matinale du week-end.

Candidate écoféministe revendiquée, Sandrine Rousseau explique que "l'idée est de remettre en cause le triptyque qui fonde notre société actuellement : prendre, utiliser, jeter. On fait ça pour la nature, mais aussi finalement pour le corps des femmes, et plein d'autres personnes dans la société, précaires ou vulnérables. C'est exactement ça qu'il faut que l'on renverse !"

"Le logiciel féministe et le logiciel écologiste ont quelque chose en commun. Depuis des siècles, on nous cantonne dans des fonctions de soin, des fonctions domestiques, de bienveillance : finalement, aujourd'hui, c'est peut-être ce dont on a besoin pour sauver la planète", assure la militante.

"Il serait bon d'avoir à la tête de l'État une femme, une écologiste"

Elle rappelle qu'on n'est "pas au-dessus, ou à côté de la nature. Nous sommes les humains parmi la nature, il faut retrouver la notion d'équilibre, également entre les hommes et les femmes."

"Aujourd'hui, les humains dépendent des vers de terre et des planctons : s'il n'y a plus ni l'un ni l'autre, nous n'existons plus en tant qu'espace. Nous dépendons des autres éléments des écosystèmes."

Elle se lance dans la course à l'investiture écologiste, une course très masculine. "Il serait bon d'avoir à la tête de l'État et à la présidence de la République, pour la première fois une femme, pour la première fois une écologiste, et pour la première fois quelqu'un qui s'est distinguée par des combats qui n'étaient pas simples à mener. J'ai mené des combats contre les violences faites aux femmes à des moments où ça n'était pas simple."

  • Légende du visuel principal: Sandrine Rousseau à Paris le 10 décembre 2020 © AFP / Joel Saget
Les invités
  • Sandrine RousseauPrésidente de l'association "Parler". Ex secrétaire nationale adjointe d'Europe Ecologie-les Verts.
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.