Camille Chaize, commissaire de police, porte-parole de la Police nationale sont les invités d'Eric Delvaux.

La commissaire de police Camille Chaize, porte-parole de la police nationale était l'invitée de France Inter ce samedi matin. 

Une enquête judiciaire a été ouverte ce samedi matin afin d'identifier l'origine de la divulgation, sur les réseaux sociaux, des détails du dispositif policier déployé pour faire face à l'acte IV de la mobilisation des "gilets jaunes" à Paris, a appris franceinfo de source judiciaire.                      Cette enquête est confiée à la brigade d'enquêtes sur les fraudes aux technologies de l'information (BEFTI). 

Vendredi soir, le compte Twitter d'un média alternatif a mis en ligne un document présenté comme étant la note interne de la préfecture de Police de Paris destinée aux chefs de service de la police, et qui détaille une partie du dispositif policier déployé à Paris. Un dispositif que les autorités avaient refusé de détailler, pour des raisons de sécurité.

"Sur les réseaux sociaux, on a lu, entendu n’importe quoi. Des appels à la haine, des fake news et ce type de documents qui ne devaient pas être diffusés. Si les auditeurs veulent faire un geste citoyen c’est participer à l’appel à la mesure, au calme, en ne diffusant pas ce type d’éléments sur internet". 

Interpellations "préventives"

La commissaire de police a confirmé les consignes de prévention données aux forces de l'ordre par le ministre de l'Intérieur : près de 300 interpellations ont été effectuées en France tôt ce samedi matin car l’objectif pour nous est de dissocier les manifestants pacifiques des personnes hostiles et violentes. 

A la question sur les moyens mis à la disposition des forces de l'ordre pour justement identifier les personnes violentes en amont, la commissaire affirme :

" C’est complexe car il n’y a pas de déclaration de manifestation en préfecture. Mais les services de renseignements travaillent" 

  • Légende du visuel principal: Camille Chaize, porte parole de la police nationale © Radio France / Valérie Cantié
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.