A l'occasion des trente ans de la chute du Mur, Eric Delvaux et Patricia Martin reçoivent l'historien et politologue allemand au centre Marc Bloch de Berlin, Peter-Klaus Sick. L'historien a vécu la première partie de sa vie à l’Ouest, sa seconde à l’Est.

La peinture murale du peintre russe Dmitri Vroubel, dépeignant le baiser entre Leonid Brezhnev et Erich Honecker sur le mur de Berlin.
La peinture murale du peintre russe Dmitri Vroubel, dépeignant le baiser entre Leonid Brezhnev et Erich Honecker sur le mur de Berlin. © AFP / John MACDOUGALL

"Les gens qui ont vécu comme moi presque 30 ans dans la partie orientale de Berlin ne la reconnaissent plus", affirme l'historien. "Tout a changé. Les blessures de la guerre ont été comblées avec des bâtiments neufs. C'est un Berlin - mais aussi à l'Ouest - complètement changé.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

En duplex depuis Berlin ce matin, Klaus-Peter Sick évoque les restes de l'esprit communiste en Allemagne, parle de l'enseignement de la RDA aux jeunes générations, et analyse la montée actuelle de l'AFD, parti d'extrême-droite allemand. "L'AFD repose sur la nostalgie d'une Allemagne plus blanche, plus masculine, plus autoritaire."

L'équipe
Thèmes associés