"Il est interdit d'interdire", "Fausses élections, fausses lois, faux pouvoir" ; voilà des slogans criés dans les rues de Moscou ces dernières semaines.

Arrestation d'un manifestant le 3 août à Moscou
Arrestation d'un manifestant le 3 août à Moscou © AFP / Alexander NEMENOV

Vent de protestation en Russie

Des mouvements de protestation de grande ampleur en Russie. Dans le viseur des manifestants : les élections locales moscovites qui doivent avoir lieu le 8 septembre prochain. 

L'opposition change de stratégie : le national étant bouché, ils recentrent les actions sur des élections très locales.

Pour que les candidatures soient validées, les volontaires doivent recueillir les signatures de 3 % des membres du corps électoral de leur circonscription. Sauf que certains candidats qui ont recueilli le nombre nécessaire de signatures ont vu certaines d’entre elles invalidées. C’est l’élément déclencheur. Les Russes se sont donc organisés pour faire entendre leur colère : ils demandent le respect de leurs droits électoraux. 

De samedi en samedi, les Russes se mobilisent dans les rues de Moscou

Ce sont des manifestations non autorisées pour protester contre le pouvoir de Vladimir Poutine. Les interpellations se multiplient.

La plupart des leaders de l'opposition sont en prison.

Ces deux derniers samedis, plusieurs centaines de manifestants ont été arrêtés à Moscou. Samedi dernier, le 3 août, 828 interpellations selon l'ONG russe OVD-Info, spécialisée dans le suivi des arrestations. Samedi 27 juillet : jusqu’à 1 300 personnes ont été interpellées. 

Le pouvoir a peur qu'il y ait une brèche qui s'ouvre, en particulier à Moscou.

Les élections de septembre s’annoncent donc mouvementées. Les manifestations de ces dernières semaines soulèvent un certain nombre de questions, que nous poserons à Françoise Daucé. 

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.