L'attentat de Nice analysé par Tahar Ben Jelloun et par Alain Chouet

Tahar Behn Jelloun
Tahar Behn Jelloun © AFP

De 8h à 9h, 2 autres invités sont au micro de Clotilde Dumetz

  • Tahar Ben Jelloun, écrivain marocain, poète et peintre, titulaire du prix Goncourt pour son roman "La nuit sacrée"

"C’est une horreur absolue, nous le sentons particulièrement au Maroc. C'est extrêmement perturbant et très très grave."

"L'auteur des attentats peut très bien être un petit voyou violent qui va certainement se radicaliser tout seul." (...) "Daesh publie 1000 vidéos par mois. Il y a un lien virtuel qui finit par déboucher sur un attentat terrible. Nous avons à faire à quelqu’un qui n’est pas militant mais qui a emmagasiné tellement de violence qu’un jour il se dit qu’il va faire des victimes."

"La solution est l’éducation, (...) il avait la haine de la démocratie, de la joie."

Tahar Ben Jelloun publie le 25 août chez Broché , Le terrorisme expliqué à nos enfants

Il estime que les réactions des politiques de droite sont loin de l'union sacrée, même "lamentables", : "c’est le moment de s’unir et de se demander qu’est-ce qu’on peut faire pour être et vivre ensemble?"

  • Alain Chouet, ancien directeur de la DGSE (direction générale de la Sécurité extérieure).

"Le tout sécuritaire n’est pas la seule réponse. Ce sont nos enfants qui passent à la violence au nom d’une idéologie extérieure. [...] C’est un ensemble de mesures sociales, éducatives et culturelles qu’il faut mettre en place."

"La sécurité anti-terroriste n’est pas seulement une affaire de spécialistes. L’anti-terrorisme est l’affaire de tous et de tous les citoyens, il faut une vigilance globale. Il faut que les services de renseignement aient une politique globale d’éducation pour les citoyens."

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.