"Les 'gilets jaunes', c'est le refus des inégalités et des discours qui les légitiment", a estimé l'écrivaine et académicienne Danièle Sallenave, invitée de France Inter samedi matin.

Si beaucoup espèrent un regain de mobilisation en ce samedi anniversaire des "gilets jaunes", l'écrivaine Danielle Sallenave, membre de l'Académie française et autrice de Jojo, le Gilet jaune (Gallimard), estime que "en un sens, rien n'a changé". "En un sens, on pourrait dire que rien à changer, puisque les difficultés de divers ordres émergent de partout, que les réponses ont été jugées insuffisantes et pas seulement par les 'gilets jaunes'", détaille l'académicienne. 

"Et en même temps", poursuit-elle en usant de la formule chère à Emmanuel Macron, "tout à changé parce qu'on a vu, entourés de morceaux de bois qui flambaient et de banderoles, des hommes et des femmes, tous les jours, pour dire 'comptez avec nous', que c'est notre affaire à tous". "Les 'gilets jaunes' c'est le refus des inégalités, et des discours qui les légitiment", a-t-elle estimé. 

Elle juge par ailleurs que les 17 milliards d'euros mis sur la table par le gouvernement "n'ont pas suffit, parce que ce n'est pas le vrai remède à la vraie question". "Emmanuel Macron est affaibli, du fait de cette fragilité du 'oui, j'ai eu tort'. C'est bien, mais ça suscite une sorte de distance, parce que ça ne devrait pas se révéler dans de telles circonstances", estime Danielle Sallenave.

  • Légende du visuel principal: Danièle Sallenave © Radio France / Vincent Josse
Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.