Le député européen est l'invité d'Eric Delvaux.

Pour Raphaël Glucksmann, "depuis quatre ans les Ouïghours sont utilisés comme esclaves pour produire nos vêtements", et "on a la définition même d'un crime contre l'humanité".

Les Ouïghours constituent le principal groupe ethnique du Xinjiang, une immense région de l'ouest de la Chine frontalière notamment de l'Afghanistan et du Pakistan.  Selon des experts étrangers, un million de Ouïghours ont été placés en détention ces dernières années dans des camps de rééducation politique. Pékin dément ce chiffre et affirme qu'il s'agit de centres de formation professionnelle destinés à éloigner les personnes de la tentation de l'islamisme, du terrorisme et du séparatisme après une série d'attentats attribués à des Ouïghours. 

Pour Raphaël Glucksmann, estime que le régime de Pékin est un "régime terroriste", au regard des viols et des violences infligées aux Ouïghours. Il regrette que l'instant, la communauté internationale, "parle mezzo voce", car les "patrons de Nike ou de Zara bénéficient de la réduction en esclavage de ces milliers d'êtres humains". "La politique a été désertée par les leaders européens, qui se couchent devant le moindre son émis par les patrons de Zara ou Nike" explique-t-il.

  • Légende du visuel principal: L'essayiste et député européen Raphaël Glucksmann au Parlement européen à Bruxelles le 17/06/2020. © AFP / Martin Bertrand / Hans Lucas
Les invités
Programmation musicale
L'équipe