Invitée de France Inter samedi matin, la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a salué la mobilisation des jeunes pour le climat tout en estimant qu'il fallait désormais des "actions concrètes" et jugeant que la grève des cours du vendredi "ne permettrait pas d'améliorer les choses".

"J'estime qu'il est très important d'écouter ce que les jeunes ont à dire mais c'est aussi très important de leur permettre de s'impliquer" a estimé sur France Inter Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, invitée du Grand entretien samedi matin. "La jeunesse a l'impression d'être la première génération qui peut-être ne mourra pas de vieillesse. Il faut entendre cette angoisse, mais surtout il faut changer" a-t-elle poursuivi, jugeant que seules les actions concrètes allaient permettre de changer la donne. "Je ne vois pas en quoi sécher des heures de cours permet d'améliorer les choses pour le climat. Par contre des actions concrètes tous les jours, dans les établissements, c'est ce que nous sommes entrain de préparer".  

  • Légende du visuel principal: Frédérique Vidal, Ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, à l'Elysée, le 28 août 2019 à Paris. © AFP / LUDOVIC MARIN
Les invités
  • Frédérique VidalMinistre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.