Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, nous en dit plus sur le rôle de son parti au sein d'une gauche éparpillée par les multiples candidatures annoncées.

Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste français
Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste français © AFP / Stephane De Sakutin

Après trois jours de débats et de conférences à Angers, l'université d'été du PCF se termine ce dimanche 28 août. L'occasion pour les militants de définir l'avenir du parti mais surtout de déterminer quel rôle doit-il tenir entre les candidatures de Jean-Luc Mélenchon, Arnaud Montebourg, la primaire de la gauche ou encore celle des écologistes.

Est-il trop tard pour croire à une gauche unie pour 2017 ? Le PCF dispose-t-il des appuis suffisants pour faire le trait d’union entre toutes ces candidatures ? L'existence du Front de gauche a-t-elle toujours du sens sans Jean-Luc Mélenchon ?

Pierre Laurent, secrétaire national du Parti Communiste Français, fait le point sur ces questions au micro de Laetitia Gayet.

"Nous avons su nous rassembler derrière un candidat quand il le fallait et nous ferons le choix le plus utile pour avancer dans cette voie en 2017. (...) Au PCF, il peut y avoir des avis différents quant à qui pourrait être ce candidat mais le combat pour faire converger les forces est commun. (...) Je ne dis pas que cela est aisé, il y a une dispersion aujourd'hui à gauche mais il n’est pas trop tard pour produire cet effort de rassemblement."

"Je crois qu'il est impératif de nous rassembler, il serait désolant, dans la situation dans laquelle nous sommes avec le danger de la droite et de l’extrême droite,  que les forces de gauche n'essayent pas de converger."

"Je constate qu'un chemin commun existe. Je suis allé à un débat de l'université d’été d'EELV et je vais écouter le discours de Jean-Luc Mélenchon cet après-midi. J'écoute et je partage ce qu'a dit Arnaud Montebourg sur la maîtrise publique des banques."

"Etre communiste, c’est croire plus que jamais à une société du partage, du commun. L’idée du commun trouve à l’époque de la mondialisation, une très grande actualité."

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.