Respectivement psychiatre spécialisée dans les thérapies comportementales et cognitives et psychiatre au service de thérapie familiale à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, Aurélia Schneider et Serge Hefez sont les invités de Patricia Martin.

Les deux psychiatres saluent la décision de l'exécutif de ne pas décréter dans l'immédiat un troisième confinement. "Sur le plan psychique, les annonces de Jean Castex hier vont soulager beaucoup de gens", souligne Serge Hefez. "Aujourd'hui, on est dans une vague psychiatrique, on est sous l'eau, les gens vont très très mal. J'ai des consultations en psychiatrie et pédopsychiatrie qui sont calamiteuses", poursuit-il. 

"Dans mes consultations depuis deux semaines, je n’entends que ça : 'pas un nouveau confinement, je n’en peux plus, je n’y arriverai pas'"

Pour lui, la crise sanitaire et sociale représente un "traumatisme cumulatif"

Même constat pour Aurélia Schneider. "Ce qui est marquant, c’est la perte de sens", note la psychiatre. "Perte de sens pour les jeunes de 20 ans qui sont en plein essor, dans leurs études, qui se demandent ce qu’ils vont trouver sur le marché du travail. Perte de sens pour les actifs qui se demandent ce qu’ils vont trouver pour leur retraite. Et pour les personnes âgées, une perte de sens de ne plus toucher ses petits enfants, les embrasser." 

"Or la perte de sens est un élément de la dépression." 

  • Légende du visuel principal: Séance de thérapie pendant la pandémie. © Getty / FatCamera
Les invités
L'équipe