"Plus de 7000 réfugiés sur un espace 5 fois plus restreint qu'en 2015"

Maya, une bénévole de "Auberge des Migrants" écoute Muhammad, un migrant du Soudan qui vit dans la Jungle de Calais
Maya, une bénévole de "Auberge des Migrants" écoute Muhammad, un migrant du Soudan qui vit dans la Jungle de Calais © Reuters / Pascal Rossignol

Amin Trouvé Baghdouche, coordinateur général mission migrants littoral Nord-Pas-de-Calais pour Médecins du Monde est au micro de Clotilde Dumetz.

Dans la "jungle" de Calais, plus de 7000 migrants sont dans l'attente, d'une demande d'asile en France, d'un passage tant espéré pour l'Angleterre.

Après le dernier démantèlement de la zone sud du campement, il déplore des conditions de vie toujours plus difficiles, "l’année dernière, il y avait 6000 personnes sur un espace 5 fois plus grand (...) il y a en moyenne 60 arrivées par jour à Calais."

La réponse des autorités? "Aujourd'hui, l’Etat français essaie de cacher le problème, les CAO (centre d'accueil et d'orientation) sont un cache-misère pour parler violemment, on n'y donne pas de réponse."

Avant de travailler à Calais, devenu une "mission urgentiste internationale", il s'est rendu dans tous les pays fuis par les réfugiés. "Leurs pays sont invivables, ils n’en sont pas responsables et même victimes des enjeux internationaux."

"L’UE est au pied du mur, celui qu’elle a construit, un mur de la honte."

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.