Benoît Hamon, "Ce qu’il faut de courage. Plaidoyer pour le revenu universel" (Equateurs), sorti mercredi 28 octobre.

Un peu plus d'un an après avoir quitté la vie politique, l'ancien candidat du PS à la présidentielle sort un livre... Juste au moment de la fermeture des librairies. "Il faut utiliser les instruments qu'ont créé les libraires, avec le click'n'collect. Aujourd'hui, on ferme des librairies mais on laisse la possibilité de commander par Internet et de se faire livrer... Dès lors qu'on parle de biens essentiels, que le livre n'en fasse pas partie, ça pose un question sur le type de société dans lequel nous sommes, au moment où elle est assaillie par les obscurantismes."

"Il ne faut pas que ce confinement soit l'occasion d'une étape supplémentaire de la substitution de ces petits commerces par de grandes enseignes", plaide Benoît Hamon.

"Le revenu universel est un outil d'émancipation"

Il revient aussi, notamment dans son livre, sur la question du revenu universel, qu'il proposait dans son programme. "Il ne s'adresse pas qu'aux plus démunis, mais serait perçu par tout le monde. Le revenu universel reconnaît une chose dont on a fait l'expérience pendant le confinement : le travail, ça n'est pas que l'emploi. Le travail domestique, le travail bénévole ne sont pas reconnus : sont-ils pour autant inutiles socialement ? C'est ça que le revenu universel vient reconnaître."

"Aujourd'hui, une personne qui a un travail difficile et mal payé est obligée de l'accepter pour pouvoir vivre : elle n'a aucune capacité à négocier, à changer ses conditions de travail ou son salaire", explique Benoît Hamon. "On constate une asymétrie entre celui qui a un travail et celui qui l'embauche. Le revenu universel c'est un outil d'émancipation, il vous donne le choix."

Il évoque aussi les travaux d'Esther Duflo, qui démontrent que "le fait de soutenir les plus pauvres en leur donnant de l'argent n'est pas une incitation à la paresse, au contraire c'est le moyen de les rendre digne et de les réintégrer pleinement à la société".

"C'est une réforme de confiance : donner à chacun son autonomie, redécouvrir le libre arbitre, c'est aussi une manière de travaille à la plus grande cohésion de la société", assure-t-il. "Aujourd'hui, on a beaucoup de mal à se parler, à se faire confiance, à se tolérer. Quand on réfléchit à ce qu'est devenue la République, la promesse républicaine n'est pas satisfaite dans beaucoup de territoires !"

  • Légende du visuel principal: Benoît Hamon, homme politique et auteur de "Ce qu’il faut de courage. Plaidoyer pour le revenu universel" (Equateurs). © AFP / Lucas BARIOULET
Les invités
L'équipe