Sébastien Chenu, porte-parole du Rassemblement national, conseiller régional des Hauts-de-France et député du Nord. est l'invité d'Eric Delvaux et Carine Bécard.

"Le fait qu’il y ait un candidat possible, probable, à la présidentielle dans un couloir à la droit de Marine Le Pen n’est pas une nouveauté" estime sur France Inter Sébastien Chenu, le député du Rassemblement national. "Il y a des exemples à chaque élection présidentielle, ce fut Bruno Maigret, Nicolas Dupont-Aignan, Philippe de Villiers." Marine Le Pen se lance dans la campagne présidentielle ce dimanche 12 septembre à Fréjus dans le Var, mais un concurrent potentiel pourrait lui faire de l'ombre, l'éditorialiste Éric Zemmour.

Sébastien Chenu ne souhaite pas "faire la comparaison". Il y a selon lui "Marine Le Pen qui rassemble à chaque élection plusieurs millions de voix, de l’autre côté, quelqu’un qui n’a jamais été élu." Il reconnaît qu’Éric Zemmour porte "des analyses convergentes" avec celles du RN, "mais il y a aussi des points de divergence, ce ne sont pas des candidats du même calibre, ni du même niveau."

Le député du Rassemblement national estime que "la division des voix est toujours néfastes". Il poursuit : "Si Éric Zemmour veut faire œuvre utile et battre Emmanuel Macron, le mieux est de se rassembler."

  • Légende du visuel principal: Sébastien Chenu, porte-parole du Rassemblement national, conseiller régional des Hauts-de-France et député du Nord à Perpignan, le 3 juillet 2021. © AFP / Valentin Chapuis
Les invités
Programmation musicale
L'équipe