Spécialiste des questions européennes, Nicole Gnesotto est l'invitée de 8h20. La vice-présidente de l’Institut Jacques-Delors vient de publier, "L'Europe : changer ou périr", aux éditions Tallandier.

Nicole Gnesotto, vice-présidente de l’Institut Jacques-Delors.
Nicole Gnesotto, vice-présidente de l’Institut Jacques-Delors. © AFP / Leemage

C'est un livre qui ambitionne de rendre l'Europe plus proche, moins abstraite, plus forte face au bloc que sont la Chine, la Russie, l'Amérique. D'ailleurs, Nicole Gnesotto l'affirme, oui, l'Europe a perdu la main pour influer sur le cours du monde. "Elle l'a perdu depuis très longtemps, depuis la 1ère Guerre mondiale. Quand on regarde le dossier ukrainien, c'est vrai que l'Europe est absente. On parle de son sort, de son avenir, de sa sécurité et on a l'impression d'être revenu au mauvais vieux temps du condominium américano-soviétique." 

"Les Européens n'ont pas l'impression d'être exclus"

La spécialiste des questions européennes note d'ailleurs que, comme Nicolas Sarkozy en 2008, Emmanuel Macron doit gérer la présidence française du Conseil de l'Union européenne en pleine crise économique et en pleine période de tensions diplomatiques.

Selon Nicole Gnesotto, "c'est difficile pour la présidence française de proposer la bonne place des Européens dans un contexte où une partie des Européens préfèrent ne pas avoir de place." En effet, selon la vice-présidente de l’Institut Jacques-Delors, "cette absence de l'Europe dans ce débat bilatéral américano-russe, est un problème pratiquement que vu de France."  "Nous, Français, parfois on s'en étonne, parfois on s'en indigne, on trouve que ce n'est pas normal. Mais ce n'est pas le cas pour la plupart de nos partenaires européens. La plupart sont soulagés de voir que l'Amérique continue de remplir sa tâche de leader du bloc atlantique. Les Européens n'ont pas l'impression d'être exclus."

"On ne fera pas la défense de l'Europe contre les Américains"

Au sujet de la défense de l'Europe, Nicolas Gnesotto explique que l'on est "dans une situation extrêmement tendue où les Européens ont commencé à avoir des inquiétudes sur la fiabilité de l'Amérique, avec Donald Trump." La spécialiste ajoute "qu'ils ont compris qu'il fallait que l'Europe s'assume plus sur le plan de la sécurité." Enfin, pour elle, pas de doute, "les Européens n'ont pas d'alternative." "La défense de l'Europe c'est l'Otan ou rien mais, il faut penser à une transition lente en négociant avec les Américains. On ne fera pas la défense de l'Europe contre les Américains, on le fera avec l'Amérique." 

Les invités
  • Nicole GnesottoProfesseur au CNAM, titulaire de la chaire sur l’Union européenne
Programmation musicale
L'équipe