Edouard Louis,

En finir avec Eddy Bellegueule , aux éditions du Seuil

En finir avec Eddy Bellegueule
En finir avec Eddy Bellegueule © Radio France

Quatrième de couverture

"Je suis parti en courant, tout à coup. Juste le temps d’entendre ma mère dire Qu’est-ce qui fait le débile là ? Je ne voulais pas rester à leur côté, je refusais de partager ce moment avec eux. J’étais déjà loin, je n’appartenais plus à leur monde désormais, la lettre le disait. Je suis allé dans les champs et j’ai marché une bonne partie de la nuit, la fraîcheur du Nord, les chemins de terre, l’odeur de colza, très forte à ce moment de l’année. Toute la nuit fut consacrée à l’élaboration de ma nouvelle vie loin d’ici."

En vérité, l’insurrection contre mes parents, contre la pauvreté, contre ma classe sociale, son racisme, sa violence, ses habitudes, n’a été que seconde. Car avant de m’insurger contre le monde de mon enfance, c’est le monde de mon enfance qui s’est insurgé contre moi. Très vite j’ai été pour ma famille et les autres une source de honte, et même de dégoût. Je n’ai pas eu d’autre choix que de prendre la fuite. Ce livre est une tentative pour comprendre."

Récit d'un enfance abimée par l'âpreté sociale d'une petite ville de Picardie, le premier roman d'Edouard Louis, 21 ans, impressionne par sa maturité intellectuelle autant qu'il emporte le lecteur par l'émotion et les éclats de son écriture. Son personnage, Eddy Bellegueule, subit les brimades et la bêtise depuis son entrée au collège. Il a eu des moments heureux, mais c'est l'incompréhension qui domine sa vie. Il la ressent partout : à l'école, où il est chahuté ; à la maison, dans les paroles et gestes du père et de la mère.

Directeur en 2013 d'un collectif sur Pierre Bourdieu (Pierre Bourdieu, l'insoumission en héritage , PUF), Edouard Louis doit assurément beaucoup à la sociologie, dont il instille les interrogations et les thèses dans ce texte intimiste, réflexion sur la construction des identités, les mécanismes d'infériorisation, la logique de domination et de reproduction sociales

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.