Le député PS de l'Essone était l'invité de Patrick Cohen

malek boutih appelle au remplacement de jean-marc ayrault
malek boutih appelle au remplacement de jean-marc ayrault © reuters

« Il faut arrêter de les décrire comme une bande d’illuminés imbéciles […] On a aujourd’hui des forces très structurées »

« Les cités » « bases arrière » de la radicalisation

« Il faut sécurité le territoire dans sa composante humaine et pas seulement matérielle. » « Nous avons une armée républicaine potentielle sur le territoire . »

« Ils ont un comportement qui ressemble à ce qu’ont été les nazis. »

Quatre terroristes dont un en fuite. 4 Français, comme les frères Kouachi, comme Mohammed Merah Il y en a d’autres ?

C’est possible.

Dans votre rapport en juillet vous parliez du risque d’un phénomène de masse ?

Avant, il y avait une sorte d’avant-garde qui était sélectionnée pour devenir des professionnels du terrorisme alors qu’aujourd’hui les terroristes ont des méthodes de massification du terrorisme. Le nombre de candidats prêts à mourir pour leur cause est énorme.

Il y a un travail de deux ordres : de sécurité et de guerre mais il faut aussi couper le robinet de la haine en amont. Il faut sécurité le territoire dans sa composante humaine et pas seulement matérielle.

On retrouve toujours les mêmes : les Salafistes […] La fameuse séparation entre les quiétistes, ceux qui veulent prier et ceux qui passeraient au terrorisme est artificielle .

Vous pensez vraiment que ceux qui ont commis les attentats adhèrent aux idées du communiqué publié par Daesh : « le football acclamé par des idolâtres » ? Ce sont les motivations réelles des terroristes ?

Il faut croire ces gens-là dans ce qui disent. Arrêtez de penser qu’on aurait une sorte de décorum, que la Syrie serait un défouloir pour les adolescents.

Tous les grands mouvements de masse commencent avec les personnes les plus fragiles mais il y a des personnes avec des diplômes.

Il faut arrêter de les décrire comme une bande d’illuminés imbéciles , sales sur eux, qui savent juste pianoter sur Internet. On a aujourd’hui des forces très structurées qui ont des années d’expérience dans les pays arabes.

C’est une nouvelle forme de terrorisme qu’il faut combattre avec de nouvelles armes.

Et qui parviennent de convaincre des jeunes de sacrifier leur vie. Comment les combattre ?

On a des forces militaires préparées pour ça nous aussi. Mais pour obtenir gain de cause le combat ne peut pas être au point d’arrivée de la radicalisation.

Il faut trouver un moyen de couper net les jeunes qui sont attirés par cette radicalité avant qu’elle ne les emporte.

Ce qui se fait dans les Cités en fait des bases arrière . D’ailleurs les perquisitions qui ont lieu ce matin, se font dans ces territoires très ciblés.

Valls vient de confirmer plus de 150 perquisitions administratives.

C’est une guerre militaire mais aussi politique et idéologique. Au sein des Musulmans il faut construire une colonne républicaine pour les affronter.

A vous entendre on a perdu des années et des années d’action ?

Si dans notre pays nous passons notre temps à nous demander c’est la faute à qui, on n’avancera pas. Moi-même j’aurais des raisons d’être enragé […] Quand vous tirez la sonnette d’alarme pendant 20 ans et que vous voyez que rien ne se fait vous avez envie de baisser les bras. Mais je ne le fais pas. […] car je pense qu’il n’est pas impossible de contre-attaquer.

Des jeunes issus de ces quartiers n’en peuvent plus, ils ont envie d’être engagées, qu’on leur donne une chance de combattre ces gens-là. Nous avons une armée républicaine potentielle sur le territoire .

Il faut cesser toute une série de politiques. D’assistanat, de mise en ghetto des populations […] et rompre avec un certains nombres d’émetteurs, l’extrême gauche, qui veulent culpabiliser la population. Avec les communiqués qu’ils ont produits dans ces dernières 48 heures, ils sont tombés dans le fascisme.

Leur comportement [des terroristes] dans le Bataclan caractérise ce qu’ils sont. […] C’est un comportement qui ressemble à ce qu’ont été les nazis. Il n’y aura pas de compromis avec ces gens-là.

Ce n’est pas parce que vous retirerez vos troupes de leur territoire qu’ils cesseront de vos attaquer. L’Histoire nous a appris une chose. Vous signez les accords de Munich et vous avez la guerre derrière.

Vous n’avez pas l’impression qu’il y a moins de polémiques qu’après Charlie ?

La fameuse technique de la théorie du complot reviendra. Ces gens-là ne lâcheront rien.

INTERACTIV

« Si un enfant ne participe pas, obligatoirement il y a un problème en amont »

« Au lycée, au collège, il faut apprendre les bons réflexes quand on est dans une situation difficile. »

« On ne peut pas considérer que le port du voile est normal »

« La majorité des musulmans qui vivent en France sont heureux dans ce pays »

(Auditeur) – Après les attentats de janvier des minutes n’avaient pas respecté la minute de silence. Quels conseils aux enseignants ?

Dans mon rapport quand j’évoquais le traitement des enfants, j’avais expliqué que la minute de silence était importante mais qu’il fallait surtout expliquer. Si un enfant ne participe pas, obligatoirement il y a un problème en amont. Les enfants ne font que répéter ce qu’ils entendent chez eux.

Au lycée, au collège, il faut apprendre les bons réflexes quand on est dans une situation difficile.

On montre une fébrilité, il faut montrer une discipline républicaine qui doit être prolongée chez les adultes.

(Auditrice) – Que faites-vous concrètement pour aider les jeunes de confession musulmane à aimer la France ? Les musulmans ont-il un problème avec la République ?

Je ne crois pas la théorie qui consiste à expliquer que c’est l’oppression de la société française qui aurait radicalisé ces jeunes . Je ne crois pas au déterminisme social et biologique.

Mais on voit la perméabilité de ce qu’on a laissé se développer, le gangstérisme.

Ce qui se passe dans le nord de la France est intéressant : on sait que les armes viennent de la Belgique.

(Cohen) Vous expliquez quand même que c’est une question culturelle et idéologique et pas social ?

Vous verrez dans les profils de gens qui peuvent participer aux organisations terroristes, vous verrez qu’il y a des gens qui s’en sont sortie. Il faut d’abord avoir des valeurs pour mettre une société en mouvement.

C’est pour cela qu’’il y a une bataille idéologique et pas que matérielle.

(Legrand) d’habitude on demande si c’est la République qui a un problème avec l’islam ?

Il est clair que l’islam est une religion qui s’est constituée autour de la notion de territoire, donc elle doit apprendre à vivre hors de ce territoire.

On ne peut pas considérer que le port du voile est normal, que parce que ce sont des traditions religieuses elles doivent s’appliquer ici.

(Cohen) Vous savez que les lois sur le voile ont été un symbole très fort diffusé dans le monde ?

Quand je vois la situation en Grande-Bretagne ou en Belgique je ne les envie pas.

Cette loi sur le voile est un des rares acquis de ces dernières années.

Même dans les pays musulmans comment on peut accepter qu’à l’ONU siègent des pays dont les Constitutions sont sexistes.

(Auditeur) Combattre le salafisme c’est aussi combattre l’Arabie-Saoudite ?

« Step by step ». […] Les choses évoluent, il ne faut pas s’attaquer à tout d’un coup. Pour l’instant la priorité, pour nous ce sont nos ennemis militaires.

(Twitter) Quid du racisme anti-magrébin ?

Tout n’est pas parfait mais tout évolue.

Les familles se mélangent.

La majorité des musulmans qui vivent en France sont heureux dans ce pays , ils n’ont pas peur du racisme, ils ont peur des intégristes.

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.