raffarin voit une "menace de chienlit" peser sur la france
raffarin voit une "menace de chienlit" peser sur la france © reuters
**Il porte sur ses épaules une partie de l’avenir de l’UMP, l’ancien ministre Jean-Pierre Raffarin, membre du triumvirat choisi pour piloter l’UMP avant l’élection d’un nouveau président cet automne, est l’invité de Patrick Cohen à 8h20 sur France Inter.** L’UMP poursuit son remaniement interne. Son bureau politique statutaire se réunit à 18h. La nouvelle équipe dirigeante provisoire présentera notamment la liste des secrétaires généraux adjoints. La tension n’est pas vraiment retombée à l’UMP. Le bureau politique a pourtant confirmé le nouveau mode de gérance en attendant l’élection du remplaçant de Jean-François Copé en octobre. A la tête du parti, un secrétaire général Luc Chatel conserve la gestion administrative et quotidienne du parti, tandis que les trois anciens Premiers ministres, François Fillon, Alain Juppé et Jean-Pierre Raffarin constituent une direction collégiale. Une gouvernance qui ne plaît pas aux soutiens les plus proches de Nicolas Sarkozy. L’eurodéputé Brice Hortefeux a lancé dimanche plusieurs piques contre cette direction provisoire, et plaidé pour un retour aux affaires de Nicolas Sarkozy. Autre difficulté pour Jean-Pierre Raffarin et ses co-responsables : contenir les ardeurs et ambitions des prétendants à la présidence du parti ou à la primaire UMP qui pourrait être organisée pour la présidentielle de 2017. Jean-Pierre Raffarin, Alain Juppé et Françoise Fillon doivent remettre l’UMP en bon ordre après l’affaire Bygmalion. L’un des principaux collaborateurs de Jean-François Copé a reconnu que certaines factures de la société de communication auraient été indûment facturées en 2012. Jean-François Copé a du démissionner, contraint et forcé, de la présidence du parti. L’ancienne ministre Valérie Pécresse a demandé au triumvirat de porter plainte pour cette affaire au nom de l’UMP.
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.