Bien souvent sprinters, ils sont dans les mauvais coups, ont une personnalité ou un style hors norme : mais qui sont ces bad boys de l'histoire du vélo ?

Le cycliste français Bernard Hinault, lors de la dernière étape du Tour de France à Paris le 23 juillet 1978.
Le cycliste français Bernard Hinault, lors de la dernière étape du Tour de France à Paris le 23 juillet 1978. © AFP / STAFF

Hinault, Armstrong, Ocana, Pantani... ces champions sortent du lot comme on sort du peloton. Portraits de caractères trempés se dandinant sur selle dans L'Œil du Tigre ce soir...

Avec Christian-Louis Eclimont, auteur de l'ouvrage Bad boys du cyclisme (éditions Hugo&cie) et Stéphane Barthe, ancien coureur, champion de France sur route en 1997. 

Retrouvez l'équipe de L'Œil du tigre sur les réseaux ! Joy, Philippe, Arnaud.

JUKEBOX : Tour de France - Kraftwerk

Pionniers de l'électro, les allemands de Kraftwerk sont considérés comme le groupe le plus influent de la musique contemporaine après les Beatles. Si ces derniers semblaient animés par la devise de Churchill « no sport », les allemands sont eux, des inconditionnels du cyclisme. 20 ans et 2 chutes sont là pour en attester, voici l'histoire de Tour de France.

On imagine la caravane du Tour de France traverser les villages au son de l'accordéon d'Yvette Horner. Ce que l'on imagine moins, ce sont les membres de Kraftwerk rejoindre deux dates de leurs tournées à vélo. C'est pourtant ce que le groupe allemand avait l'habitude de faire. Ralph Hütter, membre fondateur, roulait même jusqu'à 200 kilomètres par jour.  

C'est donc finalement en toute logique que Kratfwerk compose le titre Tour de France en 1983, à base de samples de respirations, de chaînes et de pignons de vitesse. Ce titre est destiné à figurer sur le nouvel album du groupe Techno Pop. Mais Ralph Hütter est victime d'un grave accident en vélo. Bilan : une fracture du crâne, un coma et plusieurs jours d'hospitalisation. L'album est annulé mais Tour de France sort sous la forme d'un single enregistré dans 3 langues : allemand, anglais et français. Les paroles évoquent les Alpes, les Pyrénées, le Galibier et le Tourmalet mais aussi « l'enfer du Nord : Paris-Roubaix ».  

20 ans plus tard la Grande Boucle est bouclée pour Kraftwerk avec un nouvel album studio (le premier depuis Electric Café en 1986) pour le centenaire du Tour de France et dans lequel figure une version remasterisée du titre éponyme. Nous sommes en juillet 2003, il pleut sur Nantes et Jan Ullrich glisse dans un virage lors de l'ultime contre-la-montre. Heureusement, il s'en sort mieux que Ralph Hütter, se relève et repart. Mais Lance Armstrong en profite pour reprendre de précieuses secondes et endosser le maillot jaune au classement final. Le groupe allemand n'aura donc pas porté chance à son compatriote mais il signe là  son plus gros succès commercial outre-rhin.  

Loïc Saulnier

Programmation musicale
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.