C'est un personnage atypique et incontournable de l'histoire de la Formule 1 et du Japon. L'histoire et la vie de Honda dans l’œil du Tigre ce soir avec deux témoins privilégiés : le champion Alain Prost et le biographe Yves Derisbourg.

L'ingénieur et industriel japonais, fondateur de la Honda Motor Company, Soichiro Honda, le  31 mars 1989 à Tokyo, au Japon.
L'ingénieur et industriel japonais, fondateur de la Honda Motor Company, Soichiro Honda, le 31 mars 1989 à Tokyo, au Japon. © Getty / Asahi Shimbun

La constructeur Soichiro Honda a a gagné tous les championnats du monde en sports mécaniques, en moto ou en Formule 1. Yves Derisbourg est son biographe. Son ouvrage, historique et finement documenté est disponible aux éditions Under Control.

Alain Prost, quadruple champion du monde de F1, a remporté le titre de 1989 à bord d'une superbe Honda MacLaren rouge et blanche. Il nous parle de cette époque considérée comme un âge d'or pour la discipline.

Retrouvez l'équipe de L'Œil du Tigre sur les réseaux ! Joy, Philippe, Arnaud

JUKEBOX – Robbie Williams : Supreme

Comme tous les sports individuels, la Formule 1 a donné lieu à de beaux duels. On se souvient de la rivalité légendaire entre Alain Prost et Ayrton Senna née chez Honda-McLaren dans les années 80. Deux pilotes en course pour un titre, c'est le pitch surprenant du clip de Supreme, titre de Robbie Williams sorti en 2000.

L'ancien membre du boys band Take That est alors au sommet de sa carrière et propose une pop anglaise mainstream. Dans le sillage de la Britpop, Robbie Williams s'offre un pot-pourri de toutes ses influences, de John Barry à Oasis en passant par les Beatles et la Northern Soul. Supreme est une ode à l'amour et au dépassement de soi. Musicalement, le titre repose sur un thème de François de Roubaix composé pour le film Dernier domicile connu (1972). Le pont reprend allègrement les violons du tube de Gloria Gaynor I Will Survivre (1978).

C'est à l'aube de cette décennie des 70's qui a vu naître Robbie Williams, et les références musicales de ce titre, que se situe le clip qui illustre Supreme et rend hommage au coureur automobile Jackie Stewart. Robbie Williams y incarne un coureur fictif nommé Bob Williams, rival du pilote écossais. Les deux protagonistes sont mis en scène à partir d'images inédites et de nombreuses archives. Le split screen, très en vogue à l'époque, et les fausses unes de journaux rappellent le générique de la série Amicalement Vôtre. La course finale à Monaco est un clin d'oeil évident au film documentaire de Roman Polanski sur Jackie Stewart : Weekend of a champion (1972).  

Ce clip est l'analogie de la chanson côté sport. Les pilotes sont de vraies rockstar avec leurs loges privées, les cheveux longs et rouflaquettes et des hordes de fans. C'est aussi, à ce moment où nous rentrions dans le 21ème siècle, la nostalgie d'une époque idéalisée où la mécanique et le facteur humain prévalaient sur l'électronique et le business des sponsors. Et c'est avec humour que se termine le clip, Bob Williams pris de diarrhée se retrouve enfermé dans sa caravane et manque le départ de la course qui sacre Jackie Stewart. C'est le début de sa grande carrière.

Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.