Pieds nus
Pieds nus © Radio France

C’est la fin des grandes vacances pour le jeune Tim. On est le 28 août précisément et ce jour-là marque un tournant décisif :

« Tim décida qu’il ne porterait plus ni chaussettes, ni chaussures de toute sa vie ».

__ Ses parents, au départ, ne s’inquiètent pas et croient à une lubie, forcément passagère. Mais, les jours passent et Tim va toujours nu-pieds malgré les stratagèmes mis au point par sa famille.

« Ni menace, ni promesse, ni chantage ne le firent changer d’avis. Rien. »

Pas même la dernière paire de baskets à la mode ou les blessures après les matches de foot où ses pieds nus rencontrent les crampons de l’équipe adverse. En désespoir de cause, ses parents s’en remettent à la météo : les pluies de l’automne et les premiers froids se chargeront de convaincre leur fils de l’intérêt de se chausser. Mais leurs espoirs tournent court. Alors, la famille, le directeur de l’école, l’entraîneur du club de foot, tout le monde finit par s’en accommoder.

« Etre pieds nus n’étant pas interdit par la loi, les choses continuèrent comme ça et chacun finit par s’y habituer. »

Ou alors pompier
Ou alors pompier © Radio France

Quand on est petit, on se demande souvent ce que l’on fera plus tard, quand on sera grand. Bien souvent tous les possibles sont envisagés. C’est le cas du jeune héros de l’album. Contrairement à ses copains, il n’est pas fixé sur son avenir.

« J’ai encore le temps pour savoir ce que je ferai lorsque je serai grand. Alors je prends le temps d’hésiter. »

Il prend surtout le temps de rêver. Quand ses amis se voient pilotes d’avion, lui s’imagine sculpteur de nuages, voire décrocheur d’étoiles. Face aux sportifs qui rêvent d’une carrière de footballeurs, il s’envisage plutôt traceur de lignes biscornues pour leur terrain. Son imagination semble sans limite mais garde cette petite saveur d’enfance, vous savez bien, ce petit goût à la fois drôle, nostalgique et attendrissant. Comme par exemple quand le narrateur s’imagine ramoneur de cheminées en service commandé pour le Père-Noël :

« Il serait tellement satisfait de mon travail qu’il m’offrirait des tas de cadeaux à chaque passage. Et même sa photo dédicacée. »

__

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.