Les hommes du jour J
Les hommes du jour J © Radio France

« J’ai atterri au milieu des vignes. Là j’ai mis de longues minutes à me débarrasser de mon parachute. A chaque instant je m’attendais à voir surgir l’infanterie allemande. Tout à coup deux balles traçantes éclairèrent le ciel, des balles allemandes. »

Entraînement en Grande Bretagne, à balles réelles, les commandos apprennent à débarquer sous le feu de l’ennemi, à éviter les obstacles sur la plage, ou encore visualiser par cœur les zones de combat.

6 juin 1944, la grande Armada troue le brouillard et s’approche des plages de Normandie. Jim Wallrock, pilote de planeur britannique raconte:

« On avait vingt ans, on se sentait invincibles, on était les meilleurs pilotes au monde et on savait qu’on vivrait éternellement… Qu’on était stupides ! »

Ted Murphy, combattant américain en juillet 44 :

L’ennemi était planqué derrière les haies, derrière les murets, dans les maisons abandonnées par leurs propriétaires. Pas de front, nous étions éparpillés et nous combattions par groupes de trois ou quatre hommes. Toujours sur nos gardes.

Arno et son ballon
Arno et son ballon © Radio France

La coupe du monde de football va commencer, et pour un enfant de 4 ans, le foot c’est d’abord la promesse d’une bonne partie de jeu avec des copains.

Mais pour Arno, le foot, se résume pour l’instant à un ballon. Ses parents viennent de lui en acheter un beau, tout neuf, si neuf qu’il le porte serré contre son cœur et n’envisage même pas de le faire rouler sur le sol. Car sa maman lui a recommandé avant de sortir :

« Tu prends bien soin de ton ballon, n’est-ce pas. Ne l’abime surtout pas, il a coûté très cher, tu sais… »

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.