Conseils de lecture pour les petits et les grands

Le sourire de la montagne
Le sourire de la montagne © Radio France

Le tout dernier album de François Place dont le travail a maintes fois été récompensé, est une invitation au voyage. Emu par la destruction des gran ds bouddhas de Bamiyan, en mars 2001 en Afghanistan, François Place a voulu leur rendre hommage. Comme tous ses prédécesseurs, le Roi de cette histoire doit braver les cruels Dieux de la montagne et franchir les crêtes menant au Pays de la soie. Lorsqu’il revient de son dernier voyage, il a cinquante ans, il ne lui reste, pour toute famille que sa petite-fille. Dans ses bagages, il rapporte la statuette d’un dieu souriant et bienveillant, avec pour projet de la faire sculpter dans la falaise. « On devra voir la statue depuis cet endroit, déclare-t-il. Elle grandira au fur et à mesure qu’on avancera vers elle, tout comme la confiance qu’on emporte avec soi, pas après pas. »

Le loup qui mangeait n'importe quoi
Le loup qui mangeait n'importe quoi © Radio France

Quand poésie rime avec scatologie, le fou rire n’est pas loin. Il était une fois un loup affamé, qui, cherchant quelque chose à se mettre sous la dent, rencontre une brebis isolée. Alors qu’il s’apprête à la dévorer, la brebis le met en garde :

« Non, ne me mange pas ! Tu pourrais sacrément regretter ce repas. (…)

On m’a chassée du troupeau à cause de mes renvois.

Je rote, je rote, et ne peux me défaire de cette manie qui incommode mes frères. »

Le ton est donné : le texte poétique, écrit en vers, fait la part belle aux rimes et aux alexandrins. Servant des propos scatologiques, la forme quasi-classique crée un décalage hilarant. Ecoutez donc la suite de l’argumentaire de notre malheureuse brebis :

« Ne me touche pas, le loup, ne fais pas ton méchant :

tu pourrais hériter de mon vil penchant.

Ce tic a gâché ma vie ancienne

Pense qu’il pourrait aussi pourrir la tienne.»

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.