Boule à zéro :

Boule à Zéro 1.Petit cœur chômeur
Boule à Zéro 1.Petit cœur chômeur © Radio France

Pour parler de sujets très graves comme les enfants souffrant de longues maladies souvent fatales, on a deux manières :

Prendre un ton larmoyant, une voix caverneuse, s’entourer de violons et aller dans la sinistrose Ou bien, on choisit deux humoristes de BD ; pour le scénario : Ernst et pour le dessin : Zidrou, celui de l’élève Ducobu et on publie Boule à Zéro - Petit Cœur chômeur.

Laissons parler la jeune héroïne de cette BD :

Chère Madame la mort, comment tu vas ? Et la santé, ça va ? Et la famille ? Tu permets que je te tutoie, au fait, depuis le temps que nous jouons ensemble, toi et moi, c’est un peu comme si nous étions des amies, non ?

Et la pré-ado atteinte d’une sorte de leucémie depuis 9 années continue et se présente :

Je m’appelle Zita avec un « z » mais tout le monde m’appelle Boule à zéro. J’habite au 6 ème étage. Celui réservé aux enfants accidentés ou atteints d’une maladie grave ou incurable. Chimio-thérapie, ponction lombaire … ce qui est bien quand on passe sa vie à l’hosto, c’est qu’on enrichit son vocabulaire !

Affiche ton poème !

Affiche ton poème !
Affiche ton poème ! © Radio France

Allez on va attraper des poèmes comme on attrape des papillons mais en leur rendant la liberté de voler dans nos âmes .

A l’occasion du 16e Printemps des Poètes jusqu’au 23 mars 2014, La Rue du monde édite un recueil de 27 poèmes-affiches, splendide et étonnant.

Affiche ton poème !

Je suis enfant

Et libre d’habiter

D’éternels dimanches.

Vaste est l’horizon

Quand le monde

tout entier est poème.

__Amina Saïd

Cet album est intéressant à plusieurs titres :

Il réunit 27 poèmes très courts et inédits de 27 poètes et poétesses contemporains

Ces 27 poètes cèdent leurs droits d’auteur en soutien à l’association Le Printemps des Poètes ; qui tous les ans au mois de mars, cherche à faire connaître la poésie sous toutes les formes et sur tous les supports a vu ses subventions ratiboisées.

Rêve les yeux ouverts.

J’écris les yeux fermés.

Tiens ! On dirait un poème.

Abdellatif Laâbi

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.