Les défis de la ville de demain sont nombreux : écologiques, économiques, urbanistiques...Il existe des initiatives solidaires dans le domaine. Encore faut-il les faire connaitre. C’est dans cet esprit qu’une grande école lance un appel à candidatures.

Vue aérienne de la ville d’Ambronay en Auvergne-Rhone-Alpes.
Vue aérienne de la ville d’Ambronay en Auvergne-Rhone-Alpes. © Getty / Gregory DUBUS

En pleine crise sanitaire, économique, sociale, une grande école va à la rencontre des acteurs de l’innovation sociale et solidaire. 

Objectif : faire émerger des talents, mettre en avant des initiatives locales (qu’elles soient publiques ou privées) d’associations ou de start-up pour une ville de demain plus solidaire. C’est l’un des paris de L’Essec et de la Chaire immobilier et développement durable.  Cette école supérieure des sciences économiques et commerciales lance la 3ème édition d’un concours annuel.
Plusieurs prix sont décernés : innovation urbaine solidaire, ville hospitalière, habitat innovant, ville durable notamment…

Cela concerne la transition écologique, la préservation de l’environnement, la lutte contre les exclusions, le mal logement. Tous les projets, les petits comme les grands : 

Ingrid Nappi, professeure à L’Essec et à l’origine du Grand Prix : 

Cela va de la petite association à la fondation d’entreprise mais également des groupes d’entreprises. Tout porteur de projet innovant du point de vue de l’économie sociale et solidaire. On a pu avoir des projets qui consistaient, par exemple, pour la ville de Strasbourg à mettre en place une base de données concernant la vacance de logements. C’est tout ce qui concourt à faire que l’on puisse être davantage solidaire dans la ville, prendre en compte la précarité et réfléchir à des solutions innovantes face aux 3 piliers du développement durable (environnement, social, économie).

Parmi les lauréats de l’édition 2020, à titre d’exemple, l’an dernier, l’association 14 a été distinguée. Elle transmet et développe des architectures sociales et solidaires. 

A l’honneur également, l’association Yes We Camp, qui propose de transformer un site vacant, inoccupé, en espace commun temporaire avant d’être transformé. C’est ce que l’on appelle l’urbanisme transitoire. Une expérience emblématique avait été menée sur le site des Grands voisins à Paris dans le 14ème.

Il y a aussi Solifap, filiale de la Fondation Abbé Pierre, qui lutte contre la mal-logement ou Le logement abordable avec Seine Saint-Denis Habitat 

Les initiatives ne manquent pas…les projets doivent répondre à des problématiques actuelles : 

Nous sommes vraiment dans le sujet de la ville dite inclusive, qui respecte toutes les valeurs hospitalières, solidaires, innovantes et responsables et qui montrent notamment aujourd’hui l’importance de mixer toutes les générations, tous les milieux sociaux et notamment les relations humaines et de la solidarité dans l’urbanisme de demain. 

Pour relever ces défis, il faudra s’appuyer sur un foisonnement d’innovations, d’initiatives de toutes natures et de toutes dimensions. 

En attendant de dévoiler des pistes et de connaître les lauréats en septembre prochain, l’appel à candidature des projets actuels ou à venir…est lancé.

Aller plus loin 

Grand Prix Essec de la ville solidaire 

Programmation musicale
L'équipe