Né le 20 septembre 1947 à Reims (aux alentours de 20 heures !), d’une mère nantaise d’origine auvergnate et d’un père né à Paris d’origine bretonne, Patrick Poivre d’Arvor est avant tout journaliste et écrivain.

Il vient nous parler notamment de sa mise en scène de DON GIOVANNI de Mozart OPERA EN PLEIN AIR - les 29 et 30 août au château de Haroué Les 9, 10, 11, 12 et 13 septembre dans La Cour d’honneur de l’Hôtel national des InvalidesLes 19 et 20 septembre au Château de Fontainebleau

patrick poivre d'arvor
patrick poivre d'arvor © stock

Bachelier à l’âge de 15 ans, il intègre l’Institut d’Etudes Politiques de Strasbourg puis de Paris et étudie le russe, le polonais et le serbo-croate à l’école des Langues Orientales. Il sera par la suite diplômé du Centre de Formation des Journalistes et licencié en droit.

En 1970, à la mort de son grand-père, le poète Jean d’Arvor, il a souhaité perpétuer son souvenir an ajoutant son nom à son patronyme. Cette année là il débute dans la presse écrite en tant que critique cinéma à «L’Economie» et à «Valeurs actuelles». L’année suivante, il gagne le concours «Envoyé Spécial» de France Inter. Au terme d’une année de reportages autour du monde, il débute alors sa carrière de journaliste en tant que présentateur des journaux du matin et de la revue de presse, puis en tant que grand reporter.

En 1975, il intègre Antenne 2 où il devient chef du Service Politique, Economique et Social et présente son Premier Journal Télévisé de 20h, le 13 septembre 1975. Jusqu’alors, on lui disait que c’était le 23 février 1976… Il en devient alors le présentateur jusqu’en 1983. C’est à cette époque que son journal, qu’il présentait en alternance avec Christine Ockrent, dépassa en audience celui de TF1. Cela n’arriva plus jamais… Toujours sur Antenne 2, il a imaginé et présenté l’émission « A nous deux ».

Parallèlement il continue sa carrière radiophonique avec «L’Humeur du jour» émission quotidienne sur France Inter à 7h45 puis avec un billet quotidien sur RMC. Sur RTL il a présenté l’émission hebdomadaire « Invitations », tous les vendredis soirs (2002-2005) et depuis il est chroniqueur « d’On refait le monde », présenté par Christophe Hondelatte. Il a gardé un lien avec la presse écrite en étant éditorialiste au «Journal du Dimanche» (pendant 8 ans) et à «Paris Match» (pendant 4 ans). Plus récemment il a collaboré à « Entreprendre », à « France Soir » (pour un billet quotidien en 2010 et 2011) et à « Plume ».

En 1984, il quitte Antenne 2 pour Canal + et anime l’émission quotidienne «Tous en scène», à la création de la chaîne cryptée. Elle était diffusée entre 19h et 20 h, à l’horaire de l’actuel Grand Journal.

C’est en 1986 qu’il fait son entrée à TF1 qui était encore à l’époque chaine publique. Il y présente tous les dimanche après-midi « A la folie pas du tout ». A la privatisation de la chaine l’année suivante il fait le choix de la fidélité et présente pendant 21 ans le Journal de 20h00, un rendez-vous quotidien pour plus de 10 millions de français. Il deviendra très vite directeur adjoint puis directeur délégué de l’information.

De 1999 à 2008, il est vice-président de la chaîne bretonne «TV Breizh».

Depuis 2008, il présente l’émission hebdomadaire de France 5, «La traversée du miroir» et celle d’Arte, mensuelle, «Horizons lointains».

Outre cette longue carrière journalistique, Patrick Poivre d’Arvor a écrit une soixantaine de livres depuis son premier roman, rédigé à l’âge de 17 ans, Les enfants de l’aube. On lui doit aussi Un héros de passage (1996), L’irrésolu (2000, Prix Interallié), Un enfant (2001, Prix des lecteurs du Livre de Poche), La mort de Don Juan (2004, Prix Maurice Genevoix), Fragments d’une femme perdue (2010); des recueils de poèmes ; des romans co-écrits avec son frère Olivier Poivre d’Arvor comme Le Roman de Virginie (1985- Prix des Ecrivains bretons), La fin du monde (1998), Disparaître (2006), J’ai tant rêvé de toi (2007); des entretiens avec Françoise Verny, L’homme d’images (1992), Serge Raffy, Confessions (2005), ou encore Valérie Raulin et Nathalie Duplan, Tenir et se tenir (2010). Il cosigne avec Yann Arthus Bertrand La France vue du ciel et rend hommage à sa fille Solenn dans deux récits, Lettres à l’absente (1993) et Elle n’était pas d’ici (1995). Son dernier livre est une biographie d’Ernest Hemingway : « La vie jusqu’à l’excés » (2011). Plusieurs de ses livres ont été retenus dans les sélections des Prix Goncourt, Renaudot et Fémina.

Avec son ami le pianiste Jean-Philippe Collard, il se produit actuellement dans le cadre de l’année Chopin pour un récital alternant lectures de poèmes et interprétations de pièces musicales. Depuis toujours, il est fou d’opéra. Il a mis en scène Carmen avec Manon Savary à l’été 2010. 70.000 spectateurs ont assisté à 30 représentations dans des cadres prestigieux : Cour d’honneur de l’hôtel des Invalides, Parc de Sceaux, Mont St Michel, Châteaux de Chambord, de Fontainebleau, de Vincennes, d’Haroué, de Champ de Bataille, Cité médiévale de Carcassonne etc… Devant le succès de cet opéra, Carmen sera rejoué cet été à Perpignan et d’autres lieux de plein air.

Il va poursuivre l’exploration de sa passion pour la mise en scène en réalisant cet été un film pour France 3, « Mon frère Yves », adapté d’un roman de Pierre Loti par Didier Decoin, président des Ecrivains de Marine, une association fondée par Jean-François Deniau. Patrick Poivre d’Arvor en est le vice-Président.

Les invités
Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.