"Non, les anciens de l'OAS ne regrettent rien"
"Non, les anciens de l'OAS ne regrettent rien" © Radio France / Charlotte Perry

Fin 1962, ça commence sérieusement à sentir le roussi pour nos gentils papys. Les commandos Delta s’exfiltrent en Espagne. Un mouvement massif de pieds-noirs leur embraye le pas : on parle de 50 000 personnes formant cette « nouvelle Algérie en terre d’Espagne ». Les exilés de l’OAS se divisent en faction rivales. Ils mettent sur pieds des camps d’entraînement. La France veut neutraliser les activistes et le 29 janvier 1963, le ministre de l’Intérieur Roger Frey signe un accord avec son homologue franquiste Camilo Alonso Vega, lui garantissant une contribution active à la « répression des complots activistes ». Une fois « isolés » les éléments les plus dangereux, la France lance un vaste mouvement de réconciliation auprès des militants de base de l’OAS, sous le coup d’une procédure judiciaire. 250 personnes, dont plusieurs criminels de sang, se voient doter d’attestations destinées aux autorités franquistes ainsi que des passeports valables en Espagne et hors d’Europe. L’enclenchement de la loi d’amnistie votée le 24 juillet 1968.

Dernier volet de cette série de Charlotte Perry .

Remerciements particuliers à Hervé Evanno, de l'INA.

..........................................................................................................................................................................

Programmation musicale :

-Le Tango d'Ali Fuggi-Feujoo

  • Problème de mémoire, Rocé

..........................................................................................................................................................................

Pour aller plus loin :

  • Y’a bon les colonies ? La France sarkozyste face à l’histoire coloniale, l’identité nationale et l’immigration », d'Alain Ruscio, aux éditions Le Temps des Cerises, février 2011, 230 pages, (16 €).

  • OAS, histoire d'une organisation secrète, de Rémi Kauffer, aux éditions Fayard, mars 1986, 400 pages (15€).

  • La gangrène et l'oubli. La mémoire de la guerre d'Algérie, de Benjamin Stora, aux éditions La Découverte, mars 2005, 13,20€).

  • Histoire secrète de l'OAS, de Georges Fleury, aux éditions Grasset.

..........................................................................................................................................................................

Théâtre :

Du 7 au 27 juillet, le Groupov se pose à La Manufacture d'Avignon, à partir de 11h, pour présenter sa nouvelle création "Je vous ai compris" . Porté par deux jeunes créatrices, ce spectacle reflète le point de vue d'une génération qui s'interroge sur son passé à travers les récits croisés entre un fils de gendarme pied-noir et une fille de révolutionnaire algérien. Non sans humour, elles tentent de comprendre leurs origines...

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.