Dans le Finistère , quatre entreprises ont fermé ou sont en train de fermer. Après l’abattoir de porcs GAD, c’est au tour de l’abattoir de poulets Tilly-Sabco , qui s’est construit sur un modèle intensif, productiviste, dans les années 1960. C’est le fameux « modèle breton ». Aujourd'hui, sa capacité d’abattage est de 24 000 poulets par heure ! Soit 1,6 millions de poulets qui sont exportés chaque semaine au Moyen-Orient.

L’entreprise vivait jusque là sous perfusion des aides européennes. Mais l’Europe lâche le poulet intensif breton… Et le marché est entre les mains du Brésil. Les 350 salariés de Tilly-Sabco se battent pour que le gouvernement français et l'Europe réagissent, pour empêcher la fermeture de l'usine programmée le 4 janvier. Des ouvriers ont manifesté le 2 novembre à Quimper, avec les bonnets rouges. D'autres ont manifesté le même jour à quelques kilomètres de là. Le désespoir entraîne des divisions dans l’usine, au sein des ouvriers. Il y a ceux qui acceptent de se battre avec leur directeur, et ceux qui préfèrent lutter sans lui. Quel sens donner à ces luttes ? Et où vont les bonnets rouges ?

C’est avec ces questions que nous partons en Bretagne, pour le second volet du reportage d’Anaëlle Verzaux .

Une chaîne d'abatage de poulets
Une chaîne d'abatage de poulets © Radio France / Maxppp
**..................................................................................................................................................................** **Programmation musicale :** - _La France_ , par**Camille** - _An Alarc'h_ , par **Gilles Servat**
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.