La mèche au vent, les manches retroussées, le jeune "French Doctor" Kouchner se fait marin pour un nouveau combat : celui du "bien" contre le "mal". Grâce à lui - et à tous ceux qui lui ressemblent -, le monde devient plus simple... "parce que les choses sont plus complexes que ça" nous dit-on. Plus complexes que ne se l’imaginaient les "étudiants" de Mai 68 (les ouvriers soixante-huitards", eux, n’ont jamais existé.) Comme Daniel Balavoine qui s’adressait au candidat Mitterrand en 1980 comme à une "grande personne", les jeunes sont devenus "adultes". On leur explique que lutte et conscience de classe n’existent pas. Que leurs idéaux n’étaient finalement que l’expression d’une immaturité juvénile, un prurit que la pommade "raisonnable" des pédagogues apaise efficacement. Plus complexes que ne le suggère les "archaiques" car c’est la technique et la technologie qui nous propulsent vers la fin de l’Histoire et des idéologies. Plus complexes que ne l’imaginent ceux qui s’osent encore à la critique car, finalement, la crise est une aubaine, une phase de transition inévitable : une "nécessité". Ceux qui l’acceptent -les "adultes", les "experts", les "gagnants" -, qui forment le camp du "bien". Les autres ont de la chance : le camp du bien sait se faire pédagogue.

Nouvelle version d'une émission préparée en avril 2007 par Renaud Lambert.

Programmation musicale :

  • David Bowie : "Lest's dance"

  • Soft Cell : "Tainted love"

  • Frankie goes to Hollywood : "Relax"

  • Prince : "Kiss"
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.