La « rigueur » ? Une phase de transition. L’austérité ? Une parenthèse. La « crise » ? Une aubaine. Car le monde mue. Il délaisse ses vieux repères, usés. « La lutte des classes » n’est plus car les « classes » ont disparu, remplacées par des segments de marché, des consommateurs, des « individus » émancipés des lourdeurs du collectif et de sa tentation totalitaire. La gauche, elle-même, devient « moderne ». Quand Laurent Fabius - le super-héraut de « la gauche américaine » -, arrive à Matignon, rares sont ceux qui voient, sous son costume gris, la cape, les bottes et le maillot de bain rouge qu’il emprunte à un autre surhomme dont les exploits émeuvent Hollywood. Place de la Concorde, la « morale » et « l’éthique » remplacent désormais la politique car, comme le rappelle Harlem Désir, « notre logique de vie est plus forte que leur logique de mort ». Les tabous sont tombés...

Nouvelle version d'une émission du 11 avril 2007 préparée par Renaud Lambert.

Programmation musicale :

  • Trio : "DaDaDa"

  • Téléphone : "Un autre monde"

  • Soft Celle : "Tainted Love"

  • Snap : "The power"

  • Eurythmics : "Sweet Dreams"

  • USA for Africa : "We are the world"

(ré)écouter Là-bas si j'y suis Voir les autres diffusions de l'émission

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.