"Plein gris" est un thriller psychologique d’une efficacité redoutable. Nous sommes sur un voilier en plein mer. A son bord, quatre jeunes avec un cadavre sur les bras...

Voici les toutes premières lignes :

Quand le corps apparaît à la surface, inerte, contre la coque du voilier, personne ne crie. Aucun d’entre nous. Comme si ça n’arrivait pas jusqu’à nos consciences. Comme si, en ne réagissant pas, on pouvait annuler la réalité du fait : c’est un cadavre qui remonte. Le cadavre de notre ami, pour être précise.

Ça commence fort ! Comment en est-on arrivé là ?

C’est toute la question du roman et c’est exactement ce qu’Emma va nous raconter, en alternant flash-backs et moment présent.

Dans ses souvenirs, il est d’abord question d’une histoire d’amitié hors normes. Emma, Clarence, Sam et Elise sont des copains d’enfance. Ils ont grandi ensemble dans le même coin en Bretagne, et c’est leur passion pour la navigation qui les a réunis. Tous les quatre contre le reste du monde. Ils sont jeunes, drôles, brillants et inséparables : entre eux, c’est bien plus que de l’amitié : c’est de la fusion, l’alchimie parfaite !

Alors quand les parents les autorisent enfin à prendre la mer tout seuls pour la première fois, c’est l’euphorie. Ils ont 17 ans, ils en rêvent depuis si longtemps, partir à l’aventure ensemble à bord d’un voilier…

Mais visiblement, le voyage tourne mal… Qui est le cadavre tombé à l’eau ?

C’est Clarence… Je peux vous le dire, on l’apprend dès les premières pages, et c’est la clé de voûte de cette histoire.

Emma nous raconte son charisme fou, sa personnalité lumineuse. Clarence, c’est le chef d’orchestre du groupe, celui qui donne le tempo, celui qui prend les décisions aussi. Clarence brille comme un soleil, et le côtoyer c’est prendre la lumière. Emma le connaît depuis ses 11 ans. Et d’aussi loin qu’elle s’en souvienne, elle a toujours été amoureuse de lui. Son meilleur ami, nous dit-elle, sa référence et son addiction… 

Clarence, il avait cette façon de te regarder avec des yeux, un regard qui venait dire que tu étais unique, d’une intelligence rare, et qu’il avait de la chance de t’avoir pour ami. Au fond, ça venait surtout dire qu’on avait de la chance d’avoir su lui plaire.

Finalement, leur amitié ne semble pas si parfaite !

C’est au fil des confessions d’Emma que l’équilibre apparent du groupe se fissure. A bord du voilier, les langues se délient et les personnalités de chacun se révèlent. Petit à petit, on entrevoit les rapports de force, les non-dits, les humiliations trop longtemps ravalées.

C'est l’arrivée de Victor qui va bousculer l’harmonie du quatuor. 

Victor, c’est le fils de la nouvelle copine du père de Clarence. Il intègre le groupe, adoubé officiellement par Clarence. Seulement voilà, Victor tient à son indépendance, il cultive aussi d’autres amitiés. Et pour Clarence, c’est un affront. Victor, l’électron libre, sert alors de révélateur : qui est vraiment Clarence ? Et qui seraient réellement Sam, Elise et Emma sans son influence ? 

Quatre jeunes sur un voilier en pleine mer, avec un cadavre sur les bras… Mais le pire est à venir : une terrible tempête approche…

Impossible d’y échapper… Ils sont trop loin des côtes pour rentrer à temps, évidemment la radio tombe en rade. Sidération, déni, abattement, fureur, culpabilité : rien ne sera épargné à Emma et aux autres.

Car ils sont seuls, au milieu de l’océan, et ce qu’ils s’apprêtent à affronter est absolument terrifiant…

Le silence, ensuite, un silence d’effroi, un effroi tel que nous sommes séparés les uns des autres, soudain, malgré nos mains qui se sont naturellement liées. Aucune communion possible, j’en suis persuadée, dans ces instants qui nous semblent précéder une mort ignoble.

Marion Brunet, l'auteure, joue avec nos nerfs ! 

Marion Brunet a reçu la pépite d’or du salon du livre jeunesse de Montreuil pour son précédent roman Sans foi ni loi. Elle a aussi remporté le grand prix de littérature policière pour son roman L’été circulaire. Son écriture est d’une précision glaçante, le rythme implacable. Plein Gris est un formidable huis-clos en pleine mer, qui vous happe dès la première page, et ne vous lâche plus jusqu’à la dernière !

  • Plein gris, de Marion Brunet, est paru aux éditions Pocket Jeunesse. A lire à partir de 13/14 ans.
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.