Tous les lundis, on ajoute un livre dans notre bibliothèque des ados et celle qui le choisit, c'est notre libraire préférée : Céline Dusouy à la librairie Chancres livre à Paris, mais il y en a eu une aussi à Issy les Moulineaux et une autre à Orléans. Aujourd'hui un roman d'anticipation.

Et le désert disparaîtra de Marie Pavlenko, est une belle promesse à ce titre. Dans ce roman, la Terre est devenue un vaste désert. Qui dit désert, dit, bien sûr absence plus ou moins totale d'eau, absence plus ou moins totale de végétation... Et bien sûr, pareillement pour les animaux. Donc, en fait, il n'y a quasiment plus rien. Samah est une jeune fille de 12 ans qui vit dans une tribu qui tire ses richesses de la chasse, mais pas la chasse telle que nous l'entendons. Une fois, il n'y a plus vraiment d'animaux chassés. Ce qu'ils chassent : ce sont les arbres. 

Les arbres sont devenus une denrée extrêmement rare, mais qui restent extrêmement utile

Les chasseurs partent donc pendant des dizaines de jours à la recherche fait de trous dans lesquels, effectivement, on peut les trouver. Quand on a énormément de chance, et dans le meilleur des cas, on y trouve également de l'eau parce que l'eau est devenue maintenant une denrée qu'on trouve sous forme de gel, ce qui ne fait bien sûr pas rêver. 

Dans ce contexte, la jeune Samah nous a l'habitude d'aller voir. D'habitude, on va dire qu'elle est un peu forcé d'aller voir la plus vieille femme de la tribu, celle qu'on appelle l'ancienne et qui l'agace profondément. L'ancienne ne cesse de rabâcher de vieilles histoires concernant la nature luxuriante des fourrés, qui seraient donc, bien sûr, un amas d'arbres. Pour elle, tout ça, ce sont des fables et c'est ce soir là n'ont absolument aucun intérêt. Je vais d'ailleurs lui laisser la parole.  

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.