Julie, 15 ans, se réveille avec le cœur qui bat à 100 à l’heure, angoissée et effrayée, en sursaut et en poussant le cri le plus déchirant de sa vie, au point de réveiller toute sa famille, c’est-à-dire son père, sa mère et son frère aîné.

Ça en fait des questions… Et si tout ceci n’était pas un rêve ? Dans la forêt d'Hokkaido
Ça en fait des questions… Et si tout ceci n’était pas un rêve ? Dans la forêt d'Hokkaido © Getty / Andrea Pistolesi

Julie est tellement bouleversée par son cauchemar que même un bon moment après elle doit encore refluer ses larmes en y repensant. Pourtant ce n’est pas d’elle dont elle a rêvé mais d’un garçon.

Extrait :

Je marche sur le bord d’une longue route goudronnée, les arbres agitent leurs feuilles loin au-dessus de ma tête, je suis un garçon, je le sais sans le déduire d’aucun indice. Dans le rêve, il est naturel que je sois un garçon. Bien que mes jambes tremblent et que mon cœur se serre, je marche et –au loin- une voiture s’éloigne. Je sais qu’à l’intérieur se trouvent mon père, ma mère et ma grande sœur. Je sais qu’ils viennent de m’abandonner. Je sais qu’ils ont décidé de me laisser là, au bord de la route, comme un chien dont on se débarrasse avant de  partir en vacances.

Julie est habitée par cette certitude, même si elle n’en parle à personne, que ce rêve n’est pas un rêve ordinaire.

Pour preuve, elle qui ne connaît pas un seul mot de japonais se réveille avec des mots de cette langue à l’esprit, des mots dont elle connaît parfaitement la signification sans jamais les avoir entendus. Elle pense aussi que son rêve s’est déroulé dans une forêt du nom de Hokkaido. Après vérification, elle découvre, sans surprise, que Hokkaido existe, même si ce n’est pas une forêt mais une île japonaise.

Tout cela est bien troublant, et ce n’est pas fini.

Car autant la fièvre que Julie a au réveil peut expliquer pourquoi elle se sent si vidée de ses forces, mais comment expliquer qu’en se rendormant peu de temps après ses songes la renvoient à Hokkaido ???

Peut-on replonger deux fois dans un même rêve ?

Peut-on rêver, quand on est une jeune fille française de 15 ans, qu’on est un petit garçon japonais, perdu sur une île dont on n’avait jamais entendu parlée jusqu’alors, mais qui pourtant existe bien ?

Et dans le même ordre d’idée, comment expliquer que Julie, d’aussi loin qu’elle s’en souvienne, sache instinctivement où se trouvent les objets égarés et quelle note elle aura à un devoir qui ne lui a pas été encore rendu ?

Ça en fait des questions… Et si tout ceci n’était pas un rêve ?

Et si tout cela n’était pas un rêve, alors comment venir en aide à ce petit garçon perdu à l’autre bout du monde ?

Dans la forêt de Hokkaido, paru récemment en poche, tient le lecteur en haleine jusqu’au bout, comme le ferait un bon roman policier. Mais là pas de coupable à trouver mais cette question centrale : quel lien peut il y avoir entre les deux protagonistes de cette histoire qui ne cesse de nous balader entre rêve et réalité…

La tension se situe à plusieurs niveaux car ce lien, quel qu’il soit, semble avoir des conséquences directes sur la santé de Julie.

En bref, vous l’aurez compris, l’auteur Eric Pessan, happe le lecteur dès le début et son écriture fait le reste. Beaucoup de phrases courtes, au présent, qui permettent au lecteur d’être au plus proche de ce que ressent Julie, avec, pour conséquence directe, une envie féroce de savoir comment tout cela va finir.

A partir de 13 ans et sans limite d’âge.

Les références
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.