Voyage en Espagne : celle des années sombres de la dictature franquiste.Le récit se déroule très exactement en 1957 à Madrid. Voilà donc presque 20 ans que les nationalistes menés par le général Franco ont gagné la guerre d’Espagne contre les républicains.

Un roman sous le franquisme dans les années 1950
Un roman sous le franquisme dans les années 1950 © Getty / Dominique BERRETTY

Presque 20 ans que le pays, isolé de toute influence étrangère, est sous la dictature de celui que l’on nomme « el caudillo », le guide. 

Mais depuis peu, certaines industries américaines (triées sur le volet) sont autorisées à s’implanter dans le pays. Les américains qui se rendent à Madrid logent à l’hôtel Castellana Hilton. C’est là que travaille Ana en tant que domestique. Jeune femme ravissante qui rêve de liberté, elle doit absolument garder son emploi, bien mieux payé que beaucoup d’autres, afin d’aider à subvenir aux besoins de sa famille composée d’un frère, d’une sœur ainsi que de l’époux et du bébé de cette dernière. Car ils ont beau tous travailler très dur, ils partagent une seule et unique pièce de vie n’ayant pas les moyens de se loger ailleurs. Leurs parents sont morts il y’a des années. Républicains, ils ont été éliminés par le régime comme beaucoup d’autres. Je vous propose d’écouter un extrait.  

Son père exécuté. Sa mère emprisonnée. Pas à cause de leurs actions, mais de leur ambition : professeurs, ils espéraient fonder une école Montessori, avec des méthodes fondées sur le développement de l’enfant plutôt que sur la religion. Mais le généralissime Franco exige que toutes les écoles d’Espagne soient contrôlées par l’Eglise catholique. Les sympathisants républicains doivent être éradiqués.  Le crime commis par ses parents force Ana à naviguer sur les eaux noires de secrets enfouis. Née dans l’ombre de la honte, elle ne doit jamais évoquer ses parents en public. Elle doit vivre dans le silence.  

Ana va faire une rencontre. Celle de Daniel, client de l’hôtel, en voyage avec ses parents. Daniel est américain. Sa mère, née en Espagne, a toujours tenu à ce que sa culture soit présente dans le quotidien de son fils unique. Daniel parle donc parfaitement espagnol et connaît la culture de ce pays même si il y voyage pour la première fois. Il veut devenir photojournaliste et à ce titre déambule dans la ville toujours muni de son appareil photos.  

La connexion entre Ana et Daniel est évidente et immédiate. Mais même si Daniel est d’origine espagnole, il ne sait rien du quotidien que vivent ses concitoyens, encore moins quand ils sont enfants de républicains comme c’est le cas d’Ana. Généreux, curieux et talentueux, Daniel saura gagner le respect de certains et immortaliser grâce à ses photos un peuple digne malgré la misère et la surveillance constante dont il est victime. 

A travers cette romance fort plaisante on découvre le régime dictatorial de Franco, ses rouages ainsi que certainement un de ses pires secrets, à savoir un réseau de vols de bébés orchestré par l’Etat et soutenu par l’Eglise.

Hôtel Castellana est publié aux éditions Gallimard Jeunesse

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.