Une comédie romantique très punk ! Léone porte bien son nom et elle a fait du rugissement un art de vivre. Avec sa tignasse blonde décolorée, ses collants fluo déchirés et son goût pour la baston, elle ne passe pas inaperçue !

Léone partage sa vie entre le « sexe, le punk et l’artivisme »

Avec deux copines, Pauline et Céleste, Léone a monté un groupe de punk depuis la 3e, répondant aux doux noms de Juicy Pussy.

Entre deux concerts dans des bars, elles font de Paris leur « livre de coloriage » en graffant des slogans féministes. Elles jouent au chat et à la souris avec Groupuscule, une faction d’extrême droite. Lors des manifs, elles réinventent avec une certaine poésie l’affrontement avec les CRS : lancer des pavés, oui mais à condition qu’ils fassent 600 pages et qu’ils soient écrits par Stendhal ou Dostoeïvski !

Côté amour, c’est calamiteux ! 

Beaucoup de râteaux et énormément de plans minables. On peut même dire que c’est sa spécialité !

Extrait :

Du côté des foireux, je pense d’abord à Vadim. Ce mec semblait situer le clitoris quelque part dans le pli du genou. J’ai réorienté le tir, et plusieurs fois, en direction de la cible. Rien à faire. Le mec n’a cessé de me titiller le creux du genou, jusqu’à ce que je le vire de peur de choper une tendinite.

Vous l’aurez compris, personne n’échappe à son humour dévastateur, et surtout pas elle-même ! Léone explore, réagit, s’indigne : rien n’est tiède avec elle. Elle nous explique : dans la vie, « moi, je sais pas ce que je veux, mais je cherche et j’invente ».  On se laisse vite gagner par son énergie et son engagement. 

Et sa famille, elle prend ça comment ?

Justement, il se trouve que sa mère est flic et son frère jumeau est CRS.  Je vous laisse imaginer l’animation des repas de famille… 

Le problème c’est que cette famille devient carrément embarrassante lorsque Léone tombe amoureuse d’Octave, un garçon merveilleux mais totalement hors-la-loi... Et c’est bien la première fois que Léone se retrouve aussi désarmée et peu sûre d’elle !

Gorilla Girl, c’est un ballet amoureux moderne, musclé et plein d’optimisme.  On est pris dans un formidable chaos de scènes hilarantes, de quiproquos, de réparties cinglantes et de personnages extravertis. 

A partir de 14 - 15ans

Le ton est cru, on y parle de sexe, de politique.  En particulier, lorsque Léone intègre une improbable colocation dans un squat du XVIIIe, où se côtoient des anarchistes, des pacifistes et… quelques grenouilles hallucinogènes ! Les débats sont houleux et les lectures assidues. Ils écoutent du punk, mais aussi de l’opéra. Ils se confrontent, mais s’entraident et malgré le bruit ils s’écoutent ! 

Parce qu’au-delà de la façade punk, le message est finalement d’une grande sagesse : oui, il est possible de s’affranchir de ses préjugés grâce aux sentiments, qu’ils soient amoureux, amicaux ou familiaux.

Les références
L'équipe
Thèmes associés