Que disent les candidats à la présidentielle des énergies renouvelables ? Et quid des pesticides et des perturbateurs endocriniens ? Comparons les deux programmes.

Même sur l'éolien Marine Le Pen et Emmanuel Macron ont un avis divergent
Même sur l'éolien Marine Le Pen et Emmanuel Macron ont un avis divergent © AFP / Aurimages/Philippe Roy

Pas question de diminuer la part du nucléaire pour Marine Le Pen. La candidate FN s'assoit sur la loi de transition énergétique. Elle est pour un grand "carénage", un énorme chantier pour rénover le parc nucléaire, dont le site de Fessenheim. Ce qui n'est pas le cas d'Emmanuel Macron. Il fermera la centrale alsacienne s'il est élu et maintiendra l'objectif de diminuer à 50% la part de l'atome à l'horizon 2025, mais le candidat n'est pas pour une sortie totale du nucléaire.

Les candidats veulent tous les deux développer les énergies renouvelables

Plus d'énergies renouvelables à l'exception de l'éolien pour Marine Le Pen, une pollution visuelle, selon elle, qui pourrait aussi être dangereuse pour la santé des habitants à proximité et pour lequel elle décrétera un moratoire. A l'inverse, Emmanuel Macron souhaite doubler le parc éolien et solaire lors de son quinquennat. Objectif en dessous de celui fixé par le programme pluriannuel de l'Energie.

Tous deux veulent faire de la rénovation et de l'isolation de l'habitat une priorité grâce à des prêts à taux 0 pour Marine Le Pen. Quatre milliards d'euros d'investissement public chaque année pour Emmanuel Macron. Ils sont tous deux opposés à l'exploitation du gaz de schiste et aux OGM sauf dans le cadre de la recherche.

Tous les deux prônent l'interdiction des pesticides et des perturbateurs endocriniens

Mais chacun avec des axes d'attaque différents. Seul le Frexit, la sortie de l'Europe, peut sauver la France de la menace des perturbateurs endocriniens, estime la candidate du Front National. Le combat doit être mené au niveau européen pour le leader d'En Marche. Emmanuel Macron souhaite par ailleurs que la restauration collective propose au moins 50% de produits bio ou local d'ici à cinq ans. Marine Le Pen veut elle la fin de l'agriculture intensive et le retour à une agriculture plus respectueuse de l'environnement. Et ce par exemple en taxant moins les produits issus de ferme bio.

Un dernier mot sur le diesel. La candidate d'extrême droite mise beaucoup sur l'hydrogène pour faire rouler les voitures. L'ex ministre de l'Economie alignera la fiscalité du diesel sur celle de l'essence et proposera une prime de 1 000 euros pour l'achat d'un véhicule plus écologique, neuf ou d'occasion.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.