Les relations avec les Etats-Unis de Donald Trump plongent les candidats à la présidentielle dans l'inconnu. Tous se demandent comment discuter avec le Président américain.

Comment discuter avec Donald Trump ?
Comment discuter avec Donald Trump ? © Reuters / Kevin Lamarque

Le discours de Donald Trump devant le Congrès mardi 28 février ne va pas forcément éclairer les politiques.

Le ton était plus policé, l'apparence plus conventionnelle : pourtant rien dans ce qu'a dit Donald Trump devant le Congrès n'est de nature à rassurer les candidats à la présidentielle française. Certes le président américain s'est montré moins virulent mais tout aussi catégorique sur le principe fondateur de sa politique, à savoir "America First" !

Ce qui à première vue ne laisse guère d'espace à un dialogue constructif avec l'Europe et encore moins avec la France que Donald Trump a régulièrement étrillé depuis des mois en dénonçant l'insécurité qui y règne selon lui.

La France n'est plus la France, Paris n'est plus Paris !

Lors d'une conférence de presse le 24 février denrier, Donald trump a défendu sa politique migratoire restrictive en donnant des exemples de pays qu'il juge trop "laxistes", notamment la France.

Mon ami Jim va en France chaque année. Je lui ai demandé : et cette année, comment ça s'est passé? Il m'a répondu : mais je ne vais plus à Paris ! Paris n'est plus Paris !

François Hollande a répondu le lendemain lors de sa visite au Salon de l'Agriculture :

Ce n'est jamais bon de marquer la moindre défiance à l'égard d'un pays ami. Moi, c'est ce que je ne fais pas à l'égard d'un pays ami et je demande que le Président américain ne le fasse pas à l'égard de la France.

La maire de Paris Anne Hidalgo a également réagi en jugeant les propos de Trump "inamicaux". Puis elle a tweeté :

Il y a mieux pour débuter un relation de confiance !

Faut-il pour autant désespérer d'établir un lien fort avec le nouveau pouvoir en place à Washington ?

Même si les échanges diplomatiques entre les deux pays ont été douchés par l'élection de Donald Trump, le vainqueur de l'élection présidentielle en France ne pourra évidemment pas faire l'impasse sur les USA, quelle que soit sa couleur politique.

Discuter avec Donald Trump ?

L'économie

Les Etats-Unis demeurent le premier client de l'hexagone hors Union Européenne. 3 500 filiales d'entreprises françaises sont implantées aux Etats-Unis où elles emploient plus de 600 000 salariés. L'accord de libre-échange négocié depuis 2013 entre les Etats-Unis et l'Union Européenne a du plomb dans l'aile. L'accès au marché américain est donc vital pour la France.

Le prochain locataire de l'Elysée devra négocier pied à pied pour éviter des droits de douane prohibitifs que l'administration Trump pourrait imposer aux produits français au nom du protectionnisme économique.

La politique étrangère et la défense

Les candidats à la présidentielle se demandent aussi comment gérer leurs relations avec Donald Trump sur ces terrains-là. La première exigence du Président américain est que les pays de l'OTAN consacrent au moins 2% de leur produit intérieur brut aux dépenses militaires. Avec près de 1,8%, la France n'est pas très loin de cet objectif et les candidats n'ont pas attendu Donald Trump pour prendre conscience de l'effort à fournir !

La vraie difficulté sera finalement diplomatique : faire exister la France et l'Union Européenne face à un Président américain favorable au Brexit et qui affiche sa préférence exclusive pour le Royaume Uni

C'est possible, à condition de voir en Donald Trump un négociateur plutôt qu'un idéologue ...

► A LIRE AUSSI | Quelles relations avec les États-Unis ?

►►ALLER PLUS LOIN | Retrouvez notre dossier : La campagne à l'épreuve des faits

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.