C'est le sujet qu'Emmanuel Macron a choisi d'aborder à la fin du débat d'entre-deux tours, un domaine où les deux candidats ont des propositions assez proches.

Le restaurant "Le Reflet", à Nantes, emploie des serveurs atteints de trisomie.
Le restaurant "Le Reflet", à Nantes, emploie des serveurs atteints de trisomie. © AFP / Loïc Venance

Comparons encore une fois les programmes des deux candidats du second tour et intéressons-nous aux propositions des postulants pour les handicapés. C'est d'ailleurs le sujet qu'Emmanuel Macron a choisi d'aborder à la fin du débat d'entre-deux tours.

Les propositions d'Emmanuel Macron

Le candidat d'En Marche veut lutter, dit-il, contre la pauvreté qui touche les personnes en situation de handicap.

Il promet d'augmenter l'allocation adultes handicapés. Une hausse d'environ cent euros par mois pour une personne seule. En parallèle, Emmanuel Macron souhaite améliorer l'accès des handicapés au marché du travail. En développant par exemple le tutorat dans les entreprises et en maintenant le dispositif d'emploi accompagné mis en place par la loi travail.

Autre priorité : faciliter la scolarisation des enfants handicapés. Emmanuel Macron s'engage à ouvrir plus de postes d'auxiliaires de vie scolaire dans les écoles. Mais aussi à créer les emplois et les structures nécessaires pour accueillir les jeunes autistes, souvent obligés de partir à l'étranger faute de places dans notre pays.

Emmanuel Macron fait également des propositions pour les aidants qui accompagnent un membre de leur famille souffrant d'un handicap. Leur situation sera par exemple prise en compte dans le calcul de l’âge de départ à la retraite.

Les propositions de Marine Le Pen

Si elle est élue, la candidate du FN s'engage à faire du handicap l'une des priorités de son quinquennat. Marine Le Pen a des propositions parfois assez proches de celles d'Emmanuel Macron sur la scolarité des enfants handicapés, la prise en charge des autistes, ou la reconnaissance des aidants. Elle veut elle aussi revaloriser l'allocation adulte handicapé dont le montant est aujourd'hui inférieur au seuil de pauvreté.

Quant à l'insertion professionnelle, Marine Le Pen propose d'augmenter les aides pour les employeurs qui recrutent des travailleurs handicapés. Elle promet plus de places dans les établissements spécialisés. Avec plus de personnel médical.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.