Où en sommes-nous de l'égalité salariale en France ? Les femmes demeurent-elles moins payées que les hommes ?

Aujourd'hui, 9% du salaire en moins des femmes ne s'explique pas autrement que par de la discrimination
Aujourd'hui, 9% du salaire en moins des femmes ne s'explique pas autrement que par de la discrimination © Maxppp / Bruno Levesque

Pour la première fois en France, l'INSEE a constaté une quasi parité salariale entre les femmes et les hommes chez les jeunes cadres depuis 2013.

A poste équivalent, une jeune femme dotée d'un diplôme Bac + 4 ou 5 et devenue cadre en 2013 gagne désormais 97 % du salaire d'un homme, alors qu' elle ne pouvait espérer gagner que 88 % du salaire de ses homologues masculins il y a une quinzaine d'années.

Des sanctions financières efficaces ?

La loi pour l'égalité professionnelle date de 1983 et pourtant, les premières sanctions financières ne sont apparues qu'en 2013. Une grande majorité, voire la quasi totalité des grandes entreprises a désormais signé des accords dits d' "égalité professionnelle".

On le constate sur les fiches de payes des cadres nouvellement embauchés. En revanche, les deux tiers des entreprises françaises de moins de 300 salariés ne disposent aujourd'hui d'aucuns accords sur l"égalité salariale.

Peut-on assurer l'égalité salariale femme-homme ?

Les candidats à la présidentielle proposent tous, à l'exception de François Fillon, de renforcer les sanctions à contre des entreprises qui ne respectent pas cette égalité salariale femme/homme.

Car en dehors des jeunes cadres nouvellement embauchés, les écarts de salaires entre les femmes et les hommes restent très importants en France. Dans la fonction publique, on parle d'une différence de 15% en moyenne. Et dans le privé, les écarts se creusent encore, avec 19%.

Autre dimension à prendre en compte : l'âge des salariés. A mesure que les femmes et les hommes vieillissent, les écarts augmentent aussi. Chez une femme de moins de 25 ans, l'écart moyen avec son alter-ego masculin est de 5%. Alors que chez les plus de 50 ans, selon les derniers chiffres de l'INSEE, cela grimpe à 25%.

Un écart de 9% sans aucune explication

Les économistes ont calculé qu'à travail, diplôme et responsabilités équivalents, au-delà des temps partiels et des interruptions de carrière plus fréquents chez les femmes, il reste au final 9% de salaires en moins totalement inexplicable sur les feuilles de salaires des femmes. Il s'agit ici d'une pure discrimination salariale, uniquement parce qu'elles ne sont pas des hommes.

► LIRE AUSSI | L'égalité entre hommes et femmes selon les candidats

► ALLER PLUS LOIN | Les programmes au banc d'essai

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.