Une majorité des Français rejette l'idée de reporter l'âge du départ à la retraite à 65 ans. Mais pour autant, peut-on dire que ces régimes sont impossibles à réformer?

S'il y a un sujet qui met les Français dans la rue, c'est bien la retraite
S'il y a un sujet qui met les Français dans la rue, c'est bien la retraite © AFP / Nicolas Tucat

Petit cours d'histoire d'abord : c'est en 1673, sous Colbert, que le premier régime spécial voit le jour pour les marins blesses au combat qui ne peuvent plus continuer leur activité.

Depuis, les régimes spéciaux se sont multipliés : celui des cheminots, des agents EDF, GDF, de la RATP. Les régimes spéciaux ont prospéré dans le temps, il en existe aujourd'hui 37 qui permettent à leurs bénéficiaires de partir plus tôt que ceux du régime général.

Aujourd'hui, ces régimes spéciaux sont-ils réformables ?

Aujourd'hui, ces régimes spéciaux sont-ils réformables ?
Aujourd'hui, ces régimes spéciaux sont-ils réformables ? © Radio France

Quelles tentatives de réformes?

On en a fait, mais pas assez (Jacques Bichot, auteur de "la retraite en liberté", Ed. du Cherche Midi)

En 2008, Xavier Bertrand, alors ministre du Travail, obtient par exemple l'alignement progressif de la durée de cotisation des régimes spéciaux sur la fonction publique : de 37 ans et demi à 41 ans, mais au prix, c'est vrai, de contreparties, salariales notamment, pour les agents de la SNCF. Le régime des cheminots qui a coûté, en 2015, à lui seul, trois milliards d'euros à l'Etat selon la Cour des comptes.

Deux candidats notamment veulent prendre le problème à bras le corps

Francois Fillon entend inscrire l'égalité de tous les régimes dans la constitution, quand Emmanuel Macron veut en finir purement et simplement avec ces régimes spéciaux. Le candidat "En marche" rêve d'un régime universel de retraite valable pour tous. Avec lui plus de différence de calcul de la retraite entre public et privé, ce calcul qui se fait sur les 25 meilleures années dans le privé et sur les six derniers mois dans la fonction publique.

Problème, les syndicats préviennent : ce n'est pas si facile que ça. Un calcul sur les 25 meilleures années dans la fonction publique coûterait cher aux fonctionnaires. Pour la CGT, les salaires en moyenne dans le public, même les années fastes, seront toujours plus faibles que dans le privé.

► POUR EN SAVOIR PLUS | Lire Quelle réforme des retraites pour quel candidat ?

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.