La culture, assez peu présente dans les programmes des candidats, pose la question de son rôle : sert-elle vraiment à créer du lien social ?

41% des diplômés ont été voir une ou deux expositions l'année passée, contre 9% des non diplômés
41% des diplômés ont été voir une ou deux expositions l'année passée, contre 9% des non diplômés © AFP / JOEL SAGET

La culture, accessible à tous ? Si elle est censée créer du lien social, rassembler, dans les faits, la culture n'est pas si égalitaire que cela. On assiste même à une vraie fracture culturelle.

La culture est même carrément élitiste si l'on parle opéra, danse, art contemporain, musique classique et musique contemporaine. Et même les files d'attente devant les expositions, les efforts des musées pour attirer tous les publics, les 2 500 festivals de musique ne peuvent pas cacher cette fracture culturelle.

Un sondage de l'IFOP, réalisé en janvier dernier sur un échantillon représentatif de 1502 personnes, confirme ces inégalités culturelles. Selon les réponses récoltées, entre un quart et un tiers des Français reste à l'écart de la culture qui est un fort marqueur social.

Exemple marquant, quand 41% des diplômés affirment avoir vu une exposition une ou deux fois au cours des douze derniers mois, ce chiffre tombe à 9% pour les non diplômés. Même constat pour le théâtre / l'opéra , la danse et la musique classique.

Peut-on rendre la culture accessible à tous ?

Pour remédier à cette inégalité, il faut avoir les clés, les codes... Profiter de l'offre culturelle exige un niveau d'études, de revenus et aussi une éducation qui donne une familiarité avec l'art, une formation au goût, au plaisir de fouiller dans une bibliothèque, au frissons de regarder une toile de près.

Dans les catégories sociaux professionnelles les moins favorisées, 40 à 60% des personnes interrogées disent qu'elles n'ont pas envie de plus de théatre, de plus de musées ou de concert classique.

Que proposent les quatre candidats favoris à l'élection présidentielle ?

  • Priorité à l'éducation artistique pour François Fillon, qui veut inciter tous les établissements publics à élargir leurs publics.
  • Emmanuel Macron propose une politique d'accès à la culture, une généralisation des pratiques artistiques à l'école.
  • Marine Lepen qui n' a pas du tout d'affinité avec l'art contemporain entend valoriser les patrimoines nationaux.
  • Enfin, Jean-Luc Mélanchon veut préserver l'exception culturelle, créer un centre de national des jeux vidéos et faire contribuer les GAFA, (Google Apple Facebook et Amazon) à la création.
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.